Sommaire du Ministère de la CultureSommaire des expositions virtuellesLa carte de Itinéraires

Rhônes-Alpes
 

carte

 

 

 
Catalogue des publications
Bases de données
Centres de documentation

 
 
 

 

carte  

 

DRAC Rhône-Alpes
Le Grenier d'Abondance
6, Quai Saint-Vincent
69001 Lyon
Tél. 04 72 00 43 71


vignette d'introduction Les immeubles du quartier du Confluent à Lyon.
A Lyon, la ville du XXIe siècle se construit peu à peu. L’aménagement du Confluent en est un des chantiers les plus importants. Sur ce site entre Rhône et Saône, l’enjeu est de casser la césure instaurée au milieu du XIXe siècle entre ce secteur et le nord de la presqu’île, et de construire un nouveau quartier mêlant services (Conseil régional), logements, offre culturelle (archives municipales, musée des Confluences) et détente (berges de la Saône, place nautique).

Conquis sur les îles du Rhône à partir de 1770, à l’initiative d’Antoine-Michel Perrache, ce territoire a connu plusieurs plans d’aménagement, dont celui de 1826 qui en a fixé la trame. La construction de la gare de Perrache, en travers de la presqu’île en 1855, l’isole du centre-ville, séparation soulignée par l’appellation populaire Derrière les voûtes, et accentuée en 1971 par la construction du centre d’échanges. Pourtant, le potentiel historique et architectural du quartier reste très fort. Berceau de l’industrialisation de la ville, il accueille aussi des édifices au programme architectural raisonné (prisons, gare), mais aussi un des plus beaux hôtels de la cité, l’hôtel Terminus. Les immeubles offrent un catalogue de l’habitat populaire et social lyonnais produit depuis deux siècles.
   
vignette d'introduction Courchevel 1850 (Saint-Bon-Tarentaise - Savoie)
L'invention d'une station de sports d'hiver à la française
.
Depuis 1994, la direction régionale des affaires culturelles de Rhône-alpes - service régional de l' Inventaire - a engagé une étude thématique sur les stations de sport d'hiver dans le cadre plus général de la thématique nationale " Patrimoine du XXe siècle " de la direction de l'architecture et du patrimoine.
Il est, en effet, apparu important de se pencher sur ces aménagements de la montagne, véritables laboratoires de l'architecture et de l'urbanisme contemporains souvent menacés, dont les concepteurs sont par chance pour la plupart encore vivants et peuvent ainsi nous expliciter de manière approfondie leur démarche novatrice.
Par contrats d'études avec l' école d'architecture de Grenoble, est donc lancé un programme de recherches sur Courchevel 1850 tout d'abord, Megève, Les Arcs et bientôt Avoriaz.
Pour chaque station un inventaire systématique est entrepris : recherches documentaires dans les cabinets d'architectes, étude de l'urbanisme et du bâti sur le terrain, couverture photographique et relevés graphiques éventuels et constitution de dossiers documentaires informatisés aux normes de l'Inventaire général.
Des entretiens filmés avec les principaux aménageurs de la montagne ont été réalisés, notamment sur Courchevel 1850.
Ces inventaires ont pour but de faire connaître la création et le développement de ces stations mais visent également à proposer des protections au titre des monuments historiques des éléments les plus significatifs, voire à suggérer des ZPPAUP .
Enfin, ils permettent aux collectivités locales de mettre en place des actions de valorisation touristique à partir de ce patrimoine méconnu. Une synthèse finale s'efforcera de dresser un panorama de l'évolution des formes architecturales et urbanistiques des sites de montagne en Rhône-Alpes.
   
vignette d'introduction Le canton de Crémieu.
Au nord du département de l’Isère, à une trentaine de kilomètres à l’est de Lyon, Crémieu et les 25 communes qui l’entourent forment la plus grande partie d’un territoire appelé « l’Isle Crémieu ».
Implantée au carrefour des grandes voies commerciales reliant Lyon à l’Italie, cette région a connu une grande période de prospérité à la fin du Moyen Age, malgré les conflits qui ont opposé le dauphin au comte de Savoie. Le riche patrimoine du canton témoigne des étapes de son histoire. Entre brumes du nord et lumières du Midi, l’Isle Crémieu a attiré voyageurs anonymes et hommes célèbres : Alphonse de Lamartine, Paul Claudel et Edouard Herriot en furent les hôtes les plus illustres. Par ailleurs, ses paysages attachants ont été immortalisés par de nombreux artistes au nombre desquels Charles-François Daubigny, Camille Corot et Gustave Courbet.
   
vignette d'introduction La villa Lumière, rue du Premier-Film (Lyon, Rhône).
La villa Lumière est le dernier témoin, à Lyon, de l'ascension sociale et de la formidable réussite industrielle d'Antoine Lumière, peintre et photographe, et de ses deux fils aînés, Auguste et Louis, inventeurs du cinématographe. De l'usine attenante, implantée dans le quartier de Montplaisir à partir de 1882, ne subsiste que le hangar, cadre du premier film, "La sortie des usines Lumière". Le château Lumière, ainsi nommé dès l'origine par les habitants du quartier, est l'ultime création architecturale d'Antoine Lumière. A l'instar de nombreux industriels, il se fait élever à la périphérie de Lyon une imposante maison de maître à la fois confortable et proche des ateliers. Construite entre 1899 et 1902, elle présente une décoration particulièrement luxueuse, dans laquelle s'exprime des tendances "Art Nouveau". Occupée aujourd'hui par l'Institut Lumière, association créée en 1982 pour promouvoir l'art et la culture cinématographique, la villa renoue ainsi avec son passé.