étymologie

par Henriette Walter


hasard
Ce mot, entré en français dès le XIIème siècle, nous a été transmis par l'espagnol (azar), mais c'est en fait un mot arabe, ou plutôt deux. En effet, sous cette forme graphique, ou le h- a été un ajout non étymologique (mais que conduit à ne pas faire la liaison), on ne voit plus qu'il s'agit de l'article défini arabe al-, auquel vient s'ajouter zahr, d'où az-zahr, mot arabe désignant " le dé " ou " le jeu de dés ". Au Moyen Âge, on l'écrivait parfois avec un z, par imitation de l'espagnol azar et parfois avec un -t au lieu du -d à la fin du mot. Un hasart signifiait alors le chiffre 6 au jeu de dés : un hasard particulièrement heureux, alors qu'aujourd'hui, avec le hasard, tout est possible, le meilleur comme le pire.

I sommaire I parrain I à votre tour I définitions I jeux I


trouble
L'adjectif trouble remonte au latin populaire *turbulus, d'après turbulentus. On le trouve d'abord sous la forme tourble, par exemple dans la Chanson de Roland. On remarquera le déplacement du r (ou métathèse) en passant du latin au français, tout comme pour fromage, qui vient de formaticus " (fromage) fait dans une forme ".

I sommaire I parrain I à votre tour I définitions I jeux I


jeu
Venu de latin jocus, où il avait surtout le sens de " plaisanterie (en paroles) ", le mot jeu a pris tous les emplois plus généraux du latin ludus (" amusement, divertissement "). C'est pourquoi l'adjectif correspondant à jeu est ludique, formé à partir de ludus. Le mot jeu a pris au cours du temps de très nombreux sens, depuis les activités soumises à des règles (jeu de cartes, jeu de boules), à celles du théâtre (jeu des acteurs, jeux de scène), à celle des jeux d'argent (jouer gros jeu) ainsi qu'aux jeux d'eaux. Au XIIIème siècle, jeu était même synonyme d'acte amoureux.

I sommaire I parrain I à votre tour I définitions I jeux I


personne
Voici l'un des rares mots français venus de l'étrusque. On le trouve en latin sous la forme persona (d'où la première graphie française persone) avec le sens de masque de théâtre. Il a pris ensuite divers acceptions et, dès le Moyen Âge, le mot a pris le sens de " personne importante ", d'où notre personnage actuel.

I sommaire I parrain I à votre tour I définitions I jeux I


subtil

Le latin subtilis " fin, mince ", avait, en vieux français, évolué en sutil, et c'est au XIVème siècle qu'on a voulu rappeler l'étymologie latine en refaisant subtil, sur le modèle de subtilis.

I sommaire I parrain I à votre tour I définitions I jeux I


métis
Emprunté à l'espagnol mestizo et au portugais mestiço " sang mêlé ", ce mot remonte au latin tardif mixtus, participe passé de miscere " mêler ". On l'a d'abord employé à propos des animaux engendrés de deux races différentes (ainsi le mulet issu du croisement d'un âne et d'une jument) avant de l'appliquer aux humains.

I sommaire I parrain I à votre tour I définitions I jeux I


dune
Le mot dune vient probablement du mot *duno, hauteur, que l'on retrouve sous la forme dunum dans de nombreux toponymes tels que Lugdunum, aujourd'hui Lyon, ou Augustodunum, aujourd'hui Autun.

I sommaire I parrain I à votre tour I définitions I jeux I


tintinnabuler
Le verbe " tintinnabuler " a été formé à partir du mot latin " tintinnabulum ", qui désignait une espèce de clochette en métal, donnant un son clair et argentin. Le mot " tintinnabule " n'existe plus aujourd'hui, mais il s'était maintenu en ancien français, où un tintinnabule était une sonnette. En principe, le verbe " tintinnabuler " est un mot savant créé au XIXème siècle, mais sa consonance onomatopéique et la répétition quasi enfantine des deux premières syllabes (" tintin ") lui donne un petit air guilleret, encore accentué par la fin du mot, qui le fait agréablement basculer dans un tout autre contexte stylistique à la fois familier, un peu amusant et presque poétique. Voilà peut-être pourquoi de nombreux enfants - et encore plus d'adultes - le considèrent comme l'un des plus jolis mots de la langue française. Sans le savoir, ils retrouvent aussi l'autre forme du mot "tintinnabulum", qui était "tintinnabellum " et qui évoquait alors immédiatement quelque chose de beau.

I sommaire I parrain I à votre tour I définitions I jeux I


aube
En latin, albus, alba, album était un adjectif de couleur ou plutôt d'absence de couleurs puisqu'il s'agit du blanc, l'aube étant bien cette espèce de clareté incertaine qui précède le lever du jour. Les troubadours du Moyen Âge en avaient fait un moment privilégié pour chanter l'aubade à l'être aimé, en attendant que vienne, avec le soir, l'heure de la sérénade. Le blanc de l'aube ne se confondait pas pour les Romains avec le blanc brillant, éblouissant comme celui de la neige, pour lequel ils employaient le mot candidus. Le mot français " candide " n'évoque plus la blancheur éclatante d'un objet mais une qualité morale ou intellectuelle qualifiant une personne. Mais sait-on ce qu'est, étymologiquement, un candidat ? C'était pour les Romains, celui qui aspirait à une haute fonction et qui, pour ce faire, était revêtu d'une toge blanche.

I sommaire I parrain I à votre tour I définitions I jeux I


azur
Avant d'arriver dans la langue française, le mot azur a beaucoup voyagé. Venu du persan, par l'arabe, il désignait à l'origine le " lapis lazuli ", pierre dure d'un bleu intense qu'on utilisait surtout dans les mosaïques. Au IXème siècle, on trouve la forme azur, ultérieurement emprunté par l'anglais (azure) et l'allemand (Azur).

I sommaire I parrain I à votre tour I définitions I jeux I