sommaire généralla famillethèmes
Félix Reinburg

REINBURG Félix (1837-1897)


Félix Reinburg est le frère jumeau de l’abbé Emile Reinburg, né à Strasbourg le 17 février 1837. Il doit son éducation à une tante, une sainte femme, qui remplace la mère disparue. Le 27 novembre 1860, il épouse à Saint-Sulpice, Anaïs Lhuillier, qui lui donne huit enfants. C’est la seule branche de la famille qui laissent des facteurs d’orgues avec son fils Charles, entré chez Cavaillé-Coll en 1874 ; Louis, frère de Charles, entré en 1882 ; et Jean, fils de Charles.

Comme son frère Gabriel Reinburg, Félix est un harmoniste distingué qui se signale notamment aux orgues de l’abbaye aux Hommes à Caen, en 1882.

Il est remarqué à cette occasion par Charles- Marie Philbert, consul général de France à Amsterdam - expert en facture d’orgues, familier de la Maison Cavaillé-Coll - qui écrit de lui: " C’est un artiste véritable et je puis dire de conviction, un artiste hors ligne. Il y a chez lui la poesie innée du son de l’orgue, jointe à un coup d’oeil d’une justesse remarquable et à un goût d’un développement et d’une pureté véritablement rares ".

Félix Reinburg, mesurait 1m69, avec cheveux blonds, yeux bleus, nez droit, bouche moyenne, barbe blonde, menton rond, visage ovale, teint clair. En 1872, il avait opté pour la nationalité française, qu’il entendait conserver, malgré sa naissance à Strasbourg, ville aux frontières mouvantes.

Félix Reinburg décède le 24 octobre 1897 à son domicile situé n° 117, avenue du Maine. " Etant mourant, à la suite d’un chute faite à l’orgue de Notre-Dame de Paris pendant les réparations, ses fils Charles et Louis veillaient autour de lui. Le soir, un vieillard se présenta au chevet du moribond. C’était le vieux Aristide Cavaillé-Coll qui venait, une dernière fois, près de celui qui, toute sa vie, l’avait aidé et bien servi. Et rien n’était plus poignant que de le voir pleurer auprès de son ouvrier ". (Archives familiales ; branche Félix Reinburg/Lenglet/Paradis)

retour en haut de page