VISITE DU MUSÉE : NIVEAU BAS

Rites et usages funéraires

XII - Restitutions de nécropoles, organisées selon les deux rites prédominant à Cimiez : aux Ier et IIe siècles, l'incinération ; à partir du IIIe siècle, l'inhumation.

Le paysage décor est une "mise en situation" des monuments, stèles gravées et sarcophages. Regroupés en nécropoles, à l'extérieur des villes, le long des voies en bordure des propriétés, ces monuments rappelaient le souvenir des défunts sans les isoler complètement du monde des vivants.

Dans toutes les civilisations antiques, les rites funéraires sont d'une importance primordiale. Leur respect conditionne l'accès pour les défunts à une vie éternelle, fort peu différente de la vie terrestre.

Les objets déposés en offrande, dans l'urne contenant les cendres, ou autour d'elle, (voir les reconstitutions de tombes) aussi bien que dans les sarcophages en pierre, marbre ou tuiles sont ceux utilisés dans la vie de tous les jours. Dans les tombes, on les retrouve intacts ou aisément reconstituables, ce qui est rarement le cas dans les sites d'habitat.

 Plan du musée

Époque paléochrétienne

XIII - Les derniers moments de la vie urbaine de Cemenelum aux IV et Ve siècles de notre ère.

La ville, qui a subi une destruction à la fin du IVe siècle, se rétrécit et ses habitants reconstruisent, autour d'un baptistère et d'une cathédrale, dans les monuments thermaux désaffectés et en partie détruits, des habitations.

Les objets en céramique, les pièces de monnaies, quelques inscriptions attestent bien qu'une vie économique persiste jusqu'à la fin du Ve siècle de notre ère.

 Plan du musée

Photos : © Musée Archéologique de Nice Cimiez
Reproduction sur autorisation