LE PORT DE FOS




Table de Peutinger

Le port antique de Fos ayant été totalement submergé par les eaux, il n'en restait aucune trace dans la mémoire des hommes.
Pourtant son nom antique, Fossae Marianae, figure sur un document très ancien, véritable indicateur de routes de l'Empire romain et connu sous le nom de table de Peutinger.



Table de Peutinger
(Détail)

Le port antique de Fos
En 102 avant J.-C. le Général Marius fait creuser à ses troupes un canal reliant Arles à la mer car les bateaux de commerce romains rencontraient beaucoup de difficultés à remonter le Rhône par son embouchure propice aux échouages sur les bancs de sables.
Le tracé exact du canal de Marius (Fossae Marianae) n'a pas été retrouvé mais la toponymie nous assure que l'embouchure se trouvait à proximité de l'actuel Fos.
Ce port devint alors le lieu d'un important trafic. Tous les bateaux de Méditerranée qui voulaient remonter le Rhône y passaient obligatoirement. Les plus gros étaient déchargés et leur cargaison transportée sur des embarcations plus petites susceptibles d'être halées sur le fleuve. De plus les bateaux qui faisaient du cabotage pouvaient y faire escale. Aux IIe et Ier siècles avant J.-C., il s'agit du commerce en provenance de Rome, à destination des Gaules, de l'Espagne et même de la Grande Bretagne. C'est le début de la croissance du Port de Fos qui de plus, après le siège de Marseille par César, récupère le trafic auparavant dévolu à Marseille.
Au Ier siècle après J.-C. le commerce inverse son sens : jusqu'au IIIe siècle c'est l'âge d'or des exportations de l'Espagne et de la Gaule vers Rome. C'est à cette époque que l'importance du port de Fos arrive à son apogée. Elle s'y maintiendra jusqu'aux Ve-VIIe siècles.
Le port de Fos de nos jours
Dans les années 60 d'importants travaux de terrassement eurent lieu à l'emplacement probable de l'embouchure du Canal de Marius. De grandes dragues furent déplacées depuis la Hollande pour creuser des darses dans les énormes remblais constitués au préalable. Leurs godets, pleins de terre et de matériel archéologique furent vidés au large. Toute la partie nord du site était ainsi détruite.



Stèles funéraires
IIe siècle ap. J.-C.

Aujourd'hui l'emplacement exact du port n'a toujours pas été localisé. Cependant des stèles funéraires ont été sorties de l'eau.



Stèles funéraires
IIe siècle ap. J.-C.

Leur localisation et certaines observations ultérieures ont amené à conclure que la mer avait gagné environ 300 mètres sur la terre dans tout le golfe de Fos. Elle avait, ce faisant, recouvert une importante zone d'entrepôts d'époque gallo-romaine.

Retour à la page du musée d'Istres