{short description of image}

- Audiovisuel et communication -

La télévision numérique hertzienne terrestre


La diffusion terrestre hertzienne, qui reste le mode unique de réception de la télévision pour 80 % des foyers français, peut, aujourd'hui, après le câble et le satellite, bénéficier des techniques de compression numérique. Celle-ci permettrait de proposer aux téléspectateurs une trentaine de chaînes, nationales et locales sans modification de leur antenne mais à condition de disposer d'un téléviseur ou d'un décodeur adaptés.

Cet élargissement de l'offre de programmes peut être l'occasion d'un nouveau développement de l'industrie audiovisuelle française. En outre, la numérisation de la diffusion libérera à terme des fréquences pour d'autres usages, accroissant ainsi les possibilités d'usage de cette ressource limitée qu'est le spectre hertzien.

La loi du 1er août 2000 a fixé les principes de mise en œuvre de cette nouvelle technologie.
Le décret du 28 décembre 2001 (n° 2001-1333) précise les obligations de production des nouvelles chaînes nationales qui seront diffusées par le numérique de terre.

Jean-Jacques Aillagon a souhaité qu'une étude complémentaire soit conduite avant que le CSA n'attribue définitivement les canaux disponibles.

Le Premier ministre a alors confié à Michel Boyon le soin de conduire cette étude. Il a remis ses conclusions au Premier ministre le 21 octobre.

Dans un communiqué en date du 21 octobre Jean-Jacques Aillagon a précisé la direction dans laquelle le gouvernement entendait travailler à la suite de ce rapport.

> La loi du 1er août 2000 et les décrets d'application
> Le rapport Boyon
> Le communiqué du ministre de la culture et de la communication