Politique culturelle


Reverso: Logiciel de traduction automatique en anglais-  Machine translation software

Succès de l’opération « jeudis à 50 F » dans les théâtres nationaux
jeudi 6 janvier 2000


Le premier jeudi au tarif unique de 50 francs a connu un grand succès dans les théâtres nationaux, qui proposaient, hier, une représentation, puisque la totalité des places disponibles à la Comédie-Française et au théâtre national de l’Odéon et plus des deux tiers au théâtre national de Strasbourg ont été vendues.

Il s’agit d’une mesure test destinée à évaluer, sur la durée, l’impact d’une politique tarifaire volontariste sur la venue d’un public nouveau. Un étude approfondie sera menée, au long des prochains mois, auprès des spectateurs, afin d’en mesurer les effets.

Cette mesure s’inscrit dans le cadre de la politique de Catherine Trautmann, Ministre de la Culture et de la Communication, visant à élargir et démocratiser l’accès à la culture et comprenant un certain nombre de mesures tarifaires, notamment la gratuité, tous les premiers dimanches du mois, dans les monuments et les musées nationaux.

Le tarif unique de 50 francs s’appliquera tous les jeudis dans les 5 théâtres nationaux : la Comédie-Française - salle Richelieu et salle du Vieux Colombier -, le théâtre national de l’Odéon, le théâtre national de Chaillot, le théâtre national de la Colline, et le théâtre national de Strasbourg. L’accès se fait sans réservation, le jour même, dans la limite des places disponibles.

Jeudi prochain, le 13 janvier 2000, les spectacles proposés seront :
- à la Comédie-Française, salle Richelieu : « La Maison des coeurs brisés » de Bernard Shaw, dans une mise en scène de Michel Dubois
- à Chaillot : « La Main Passe » de Georges Feydeau, dans une mise en scène de Gildas Bourdet
- à la Colline : « Quatorze Isbas Rouges » d’Andrei Platonov, dans une mise en scène de Christophe Perton
- à l’Odéon : « L’Orestie » d’Eschyle, dans une mise en scène de Georges Lavaudant
- au TNS : « Les Pensionnaires », écrit et mis en scène par Jérôme Deschamps et Macha Makeïeff