Politique culturelle


Reverso: Logiciel de traduction automatique en anglais-  Machine translation software

Monuments, Musées et Théâtres : quatre mesures pour rendre la Culture plus accessible

Faciliter l'accès à la Culture, une priorité politique

Le Ministère de la Culture et de la Communication renforce sa politique de démocratisation culturelle. Cette démarche s'adresse à tous, sans exclure aucun groupe social. Elle est indissociable d'un effort important d'éducation et de formation. En effet, l'éducation artistique constitue le fondement d'une politique de développement culturel.

Développer l'éducation artistique à l'école

Catherine Trautmann accorde une place plus importante aux disciplines artistiques et à l'expression culturelle à l'école. Pour cela, 4 priorités ont été définies avec le Ministère de l'Education Nationale, de la Recherche et de la Technologie :

  • Mise en place d'un programme d'éducation musicale dès l'école primaire, grâce à un rapprochement systématique avec les écoles de musique et à l'intervention plus fréquente de musiciens dans les écoles.
  • Aménagement, dans les établissements scolaires, d'espaces de répétition, de représentation ou d'exposition culturelle.
  • Introduction dans les 1ers cycles d'enseignement d'une éducation à l'image : dès l'école primaire, enseignement théorique et pratique portant sur les images fixes (peinture, BD, photos) et sur les images animées (cinéma, audiovisuel et multimédia).
  • Mobilisation des professionnels de la culture et des artistes dans les Instituts Universitaires de Formations de Maîtres (I.U.F.M), afin de renforcer la formation des enseignants.

Ces dispositions seront renforcées en 2000, par :

  • L'installation de nouveaux ateliers d'expression artistique, dans le cadre de la réforme des lycées.
  • La mise en place de "contrats éducatifs locaux", en partenariat avec les ministères de l'Education Nationale, de la Ville et de la Jeunesse et des Sports. Principe : proposer aux enfants et aux jeunes des activités de qualité, en dehors du temps scolaire.

Ouvrir l'accès aux écoles spécialisées

  • Désormais les collectivités locales peuvent moduler les tarifs d'accès aux écoles de musique, en fonction des revenus des familles(3) .
  • Les bourses d'éducation pour les élèves des écoles d'art et des écoles d'architecture seront revalorisées.

La politique des publics

La politique des publics mise en œuvre par le ministère de la culture, la Direction des musées de France s'inscrit dans une politique globale de démocratisation culturelle visant à l'élargissement des publics.

La DMF encourage :

  • le développement des Services éducatifs et culturels en de véritables Services des publics
  • la professionnalisation des médiateurs chargés des actions éducatives et culturelles
  • une meilleure connaissance des publics, grâce aux dispositifs d'évaluation,

(3) Disposition prévue par la loi d'orientation du 29 juillet 1998 relative à la lutte contre les exclusions

Les musées, grâce à la richesse de leurs collections, sont par excellence, des lieux de transmission de savoir, d'éducation et d'intégration sociale.
Les actions éducatives et culturelles réalisées par plus de 400 Services culturels des musées répartis sur l'ensemble de la France répondent à cette mission fondamentale du musée.
Les services éducatifs des musées font preuve depuis plus de vingt ans d'imagination et d'invention pour transmettre aux jeunes générations le goût du musée et de l'œuvre d'art.
Ces activités pédagogiques destinées au public scolaire ( 5 millions dans les musées nationaux, 2,5 millions dans les musées classés et contrôlés ) s'accompagnent aujourd'hui d'actions qui visent à l'élargissement des publics (adultes ou jeunes hors temps scolaire) tant dans les Musées nationaux que dans les Musées territoriaux.
Ces actions destinées aux catégories socio-professionnelles les plus défavorisées sont menées dans les quartiers, dans les ZEP (Zones d'Education Prioritaires), avec des lycées professionnels, avec les associations d'immigrés, souvent en partenariat avec les acteurs sociaux.

S'adapter aux nouvelles tendances de l'art

Les musiques actuelles et les arts de la rue ont pris une place prépondérante dans les pratiques culturelles. Cette année, ces nouvelles formes d'expression artistiques font l'objet d'un important soutien du ministère de la culture et de la communication qui souhaite encourager leur développement. Cette volonté se traduit par une aide au financement des lieux de production et scènes musicales.

Encourager les pratiques en amateurs

Les activités artistiques pratiquées en amateur sont à la fois source d'épanouissement personnel et d'intégration sociale. Dans tous les cas, elles constituent l'un des modes privilégiés d'appropriation de l'art.

En collaboration avec le Ministère de la Jeunesse et des Sports, le Ministère de la Culture et de la Communication souhaite encourager et soutenir ces pratiques culturelles amateurs :

  • Dans chaque département, les amateurs devront disposer de véritables centres d'information où ils pourront échanger avec des professionnels et trouver de la documentation, des répertoires et des moyens de représentation pour leurs réalisations. A terme, cela devrait permettre la création de "maisons des pratiques amateurs".
  • Par ailleurs, les institutions artistiques et culturelles animées par des professionnels devront prêter une plus grande attention aux amateurs en leur apportant conseil, assistance et formation, mais également en accueillant certaines de leurs réalisations.

Favoriser une meilleure diffusion sociale de la culture

Dans cette perspective, le Ministère met en place des aides personnalisées, en fonction de la situation économique et sociale des personnes concernées :

  • Le développement des "chèques vacances", utilisables dans 4000 lieux culturels (701 musées, 523 théâtres et opéras, 362 cinémas, 257 festivals, 471 monuments historiques, 707 écoles de musique et conservatoires et 15 centres d'art contemporain…). En 1998, 4 millions de Français ont utilisé le chèque-vacances et 400 000 d'entre eux ont accédé à un lieu culturel par ce moyen de paiement.
  • La Fédération des écomusées et des musées de société a passé convention avec l'Agence nationale pour les chèques-vacances. Cette mesure permet aux familles à faibles revenus d'avoir accès à la culture à un moindre coût.
  • Les comités d'entreprise sont également un type de public nouveau pour les services culturels de musée. En effet, ce public adulte ne souhaite plus les visites-guidées traditionnelles mais préfère des rencontres avec les commissaires d'exposition ou les artistes eux-mêmes.

Le développement des partenariats avec les comités d'entreprise favorisent l'accès aux musées à un plus grand nombre.
La DMF a mis en place une politique d'accessibilité physique pour les handicapés moteurs dans les musées en rénovation ou en création. Elle a parallèlement développé et encouragé des actions pour les personnes handicapés sensoriels et mentales.

La Direction des musées de France incite les musées à développer des partenariats et à s'inscrire dans le cadre des conventions et protocoles d'accords interministériels :

  • convention culture /agriculture visant "à favoriser la création, la diffusion, la pratique culturelle et artistique en milieu rural... à donner aux populations rurales les moyens de maîtriser et de s'approprier les bénéfices de la mise en valeur de leur patrimoine naturel et culturel".
  • circulaire ministère de la justice /ministère de la culture visant au "développement des services éducatifs des prisons".
  • convention ministère de la culture/secrétariat d'état à la santé visant à rendre "l'hôpital plus humain, ouvert à la cité, par la mise en place de projets culturels dans les hôpitaux par le biais de jumelage entre les différentes institutions culturelles", et notamment les musées.
  • charte d'objectifs Culture /Education Populaire visant à "développer des projets et des actions artistiques et culturelles diversifiées en lien étroit avec la population et plus particulièrement avec les jeunes".
  • La création de "chèques d'accompagnement personnalisé" pour permettre aux personnes en difficulté d'acquérir un bien ou un service culturel (4). Ces chèques sont mis à la disposition de ces personnes par les collectivités territoriales, les établissements publics et les comités communaux d'action sociale (CCAS).
  • En 2000, l'extension, à 40 000 bénéficiaires, du dispositif de bons d'achats permettant d'acheter, avec l'aide de l'Etat, un livre en librairie. Cette mesure concerne aujourd'hui 15 000 jeunes.

(4) Loi d'orientation du 29 juillet 1998 relative à la lutte contre les exclusions