Discours et communiqués de presse
Discours de Renaud Donnedieu de Vabres
Visite du Ciné Quai » à Saint Dizier

lundi 23 octobre 2006


Monsieur le Député-Maire, cher François Cornut-Gentille,
Monsieur le Directeur, cher Thierry Tabaraud,
Mesdames, Messieurs,
Chers Amis,

Je suis très heureux d’être présent parmi vous pour célébrer ce nouveau haut lieu de culture et de partage. Votre ville peut être fière de ce nouveau bâtiment, qui achève la requalification de l'îlot Miko et offre à la culture et au cinéma un écrin prestigieux, en plein centre ville.

Notre patrimoine industriel est précieux. Il porte une belle part de l’identité d’une ville, de son histoire et de celle de ses habitants, car, ainsi que l’écrivait magnifiquement Baudelaire : « La forme d’une ville change plus vite, hélas ! que le cœur d’un mortel ». Je suis donc convaincu que les friches ont un rôle essentiel à jouer dans la décentralisation et l’aménagement culturels de notre territoire, et le nouveau multiplexe Ciné Quai en apporte un nouveau très bel exemple.

Fière cité industrielle, la ville de Saint-Dizier a vu les premiers pas de l’entreprise Miko, depuis ses premières tournées en triporteurs, grand sujet de curiosité pour les Bragards qui découvraient les loisirs, pendant l’entre deux guerres, et notamment la magie du cinéma, esquimau à la main ! Quelle joie pour tous les habitants de voir revivre cette friche au centre de leur ville, et de savourer sa nouvelle vocation !

Car l’ouverture d’un nouveau lieu de culture est toujours riche en promesses, d’autant plus riche qu’il rend ici une âme à un patrimoine emblématique, et offre un nouveau souffle au cœur de la cité. Je tiens à féliciter l’architecte Gilbert Long pour son travail remarquable, qui a su respecter l’identité et le passé industriels de ce lieu, en consacrant notamment des espaces au Musée Miko, consacré à ses fondateurs, la famille Ortiz, tout en l’adaptant brillamment à sa nouvelle ambition culturelle

Comme tous les élus locaux, je sais que les cinémas sont avant tout des lieux de culture, mais aussi de rencontre, de partage, de vivre ensemble, des lieux d’émotion, de plaisir, des lieux de dialogue, d’échanges, des lieux où les gens se parlent, en croisant leurs propres regards, leurs expériences, avec les récits, les images, les regards, les rires et les cris que vous leur donnez à voir. Nous savons, ici, à Saint-Dizier, Cher François, comme à Tours, comme dans toutes les villes de France, qu’un équipement cinématographique est un équipement culturel à part entière.
A l’heure où chacun peut, de plus en plus, accéder à des films sur des écrans individuels, plus ou moins petits, notamment via les réseaux de communication, on n’ira jamais trop au cinéma en salles, lieu premier et privilégié, d’exploitation des œuvres cinématographiques. Oui, la salle de cinéma a un bel avenir ! J’aime cette phrase de Truffaut où, pour expliquer le plaisir qu’il ressent à voir d’abord un film en salle, il compare le cinéma et la vidéo : « c’est exactement la différence entre un livre qu’on lit et un livre qu’on consulte … ».

Oui, c’est tout cela qu’apporte l’émotion du cinéma, et je me réjouis que le multiplexe Ciné Quai propose une offre diversifiée, en projetant notamment des films art et essai, dans un souci de la transmission et de la découverte, dans le respect également de la diversité des langues et des expressions artistiques. C’est ainsi, faut-il le rappeler, dans les salles classées art et essai que l’on peut voir les films étrangers en version originale sous-titrée. C’est dans les salles art et essai que les œuvres sont présentées, expliquées, discutées, et sans doute aimées comme nulle part ailleurs.

Je tiens à adresser mes remerciements sincères et mes vœux chaleureux à son exploitant, Thierry Tabaraud, président du syndicat des cinémas de l’Est et président adjoint de la Fédération Nationale des Cinémas Français, ambassadeur passionné du septième art, à l’enthousiasme communicatif, qui a présidé aux destinées de cette très belle réalisation.

Vous avez su mobiliser autour de votre projet les énergies de la Région Champagne Ardenne, du ministère de la Culture et de la Communication, à travers le Centre National de la Cinématographie et notamment le Soutien Financier de l’Etat à l’Industrie Cinématographique, mais aussi l’Union Européenne, grâce au programme européen Objectif 2, qui soutient la revalorisation des quartiers sensibles.

Je tiens à vous en féliciter et à vous en remercier.


[ Discours et communiqués ]