Discours et communiqués de presse

Remise des insignes de Chevalier dans l’ordre des Arts et des lettres à Eric Viennot
mardi 13 mars 2007


Cher Eric Viennot,

C’est un grand plaisir de vous accueillir aujourd’hui, pour saluer en vous un très grand créateur, qui incarne éminemment la place que le jeu vidéo est appelé à occuper dans la culture française. Vous avez en effet apporté à ce secteur une belle ambition artistique, contribuant à le faire entrer dans la grande famille des images animées, dont le cinéma a été l’initiateur.

Passionné de graphisme, de littérature et de cinéma, vous êtes un artiste complet, et c’est cette complémentarité des disciplines qui vous a conduit à devenir créateur de jeux vidéo.

Plasticien de formation, agrégé d’arts plastiques, vous enseignez pendant cinq ans à l’Université Paris I Sorbonne. Mais vous êtes artiste avant tout, à la fois photographe, peintre et créateur vidéo, et vous débutez votre carrière au sein du groupe Équipage 10, pour participer à plusieurs expositions multimédia en France, en Allemagne, en Italie et au Danemark.

En 1990, avec Marie Viennot et José Sanchis, vous fondez, en tant que designer graphique et directeur artistique, le studio de création Lexis Numérique, véritable précurseur en images de synthèse et en création multimédia.

L’Album secret de l'oncle Ernest, en 1998, marque votre premier grand succès. Ce jeu vidéo, plein de poésie onirique, raconte l’histoire d’un vieil oncle farfelu, aventurier, voyageur et inventeur. Il ravit les enfants et enchante leurs parents, en les invitant à découvrir le monde et la nature. Vous en développez plusieurs suites, toutes aussi attachantes, qui sont traduites en plus de quinze langues, et qui vous valent de nombreuses distinctions internationales.

Vous êtes également l’auteur de plusieurs autres jeux pour enfants, et notamment La Boîte à bidules de l’oncle Ernest pour les plus petits, qui donnera lieu à une série de quatre titres.

Le jeu vidéo, un domaine réservé aux garçons ? Vous bousculez les idées reçues en proposant plusieurs créations destinées aux petites filles. Vous imaginez notamment le jeu Alexandra Ledermann, qui fait découvrir aux joueuses en herbe les joies de l’équitation virtuelle. C’est un nouveau très beau succès.

En 2003, vous créez le jeu In Memoriam, thriller psychologique interactif d’un nouveau genre, qui s’appuie sur des séquences filmées. En impliquant fortement le joueur, qui doit partir à la recherche des indices sur Internet, vous lui offrez une expérience immersive captivante, digne des plus grands films d’angoisse et d’aventure. Ce jeu, sorti également aux États-Unis, a reçu de nombreuses distinctions internationales comme le prix Moëbius. Le dernier volet, Le Dernier rituel, sorti tout récemment, remporte, lui aussi, un très grand succès.

Vous êtes un auteur accompli de jeux vidéo, qui sont pour vous, bien plus qu’un simple passe-temps, un véritable nouveau média, apparu un siècle après le cinéma, et proposant, comme lui, une nouvelle forme de narration, capable de véhiculer du rêve et de l'émotion.

Eric Viennot, au nom de la République, nous vous faisons Chevalier dans l’Ordre des Arts et des Lettres.

photos : Farida Bréchemier/MCC