Dossiers



Comité de pilotage pour la Bibliothèque numérique européenne


> Chronologie

> Actions

> Réunion du 11 janvier 2006


Le comité d'étude et de pilotage

Composition et fonctionnement

Ce comité, créé par décret du président de la république, associe les ministres de la recherche, de l'industrie, des affaires européennes et de la culture. Il a été installé le 13 juillet 2005 par Renaud Donnedieu de Vabres.

Présidé par Renaud Donnedieu de Vabres, il est composé de hauts fonctionnaires des ministères associés (au niveau Directeur d'administration centrale) et de six personnalités qualifiées où sont présents des industriels du secteur privé. Un secrétariat permanent lui est adjoint composé d'Alexandre Moatti, ingénieur des mines et de Valérie Tesnières, conservateur des bibliothèques.

Les personnalités qualifiées sont au nombre de six. On distingue les industriels - Franck Dangeard (Thomson), Alain Kouck (Editis), Serge Eyrolles (Editions Eyrolles) - les experts du secteur public - Jean-Michel Hubert (ingénieur des télécoms), Jean-Michel Cazenave (La Documentation Française) et enfin un expert doté d'une double compétence (questions européennes et intellectuelles) Olivier Duhamel (Professeur des universités à l'Institut d'Etudes Politiques de Paris).


Objectif du Comité d'étude et de pilotage

L'objectif final de ce comité d'étude et de pilotage est, dans un délai rapide de l'ordre de six mois, de définir le projet de numérisation dont l'Europe a besoin aujourd'hui, pour offrir à ses industriels comme au public un outil spécifiquement européen.


Calendrier et méthode de travail du comité d'étude et de pilotage

Le comité de pilotage devra produire un livre blanc dans un délai rapide afin de disposer de propositions concrètes au début de 2006.

Le comité d'étude et de pilotage a vocation à poser les questions stratégiques en matière de numérisation du patrimoine et de contenus culturels. L'attente des industriels est, ici, très forte et dépasse notablement celle du public, encore peu conscient des enjeux sous-jacents. Le comité doit procéder aux auditions qui lui sembleront nécessaires. Il pourra désigner des rapporteurs dans chacun des domaines lui semblant nécessiter une enquête spécifique (technologie de la numérisation, moteurs de recherche, mobilisation des financement).

Le rôle de la puissance publique n'est pas de définir précisément seul les orientations d'un tel projet, mais d'assurer ses conditions de production. L'Etat n'a pas vocation à formuler toutes les questions et à apporter toutes les réponses ; il lui revient de circonscrire l'espace dans lequel les réponses seront apportées par les acteurs, publics ou privés, du secteur eux-mêmes.



[ Discours et communiqués ]