Discours et communiqués de presse
Remise des insignes de chevalier dans l'Ordre des Arts et Lettres à
yva Barthelemy


lundi 6 mars 2006

Remise des insignes de Chevalier dans l'ordre des Arts et des Lettres à Michèle Mercier - © photo : Didier Plowy/MCC Remise des insignes de Chevalier dans l'ordre des Arts et des Lettres à Michèle Mercier - © photo : Didier Plowy/MCC
Remise des insignes de Chevalier dans l'ordre des Arts et des Lettres à Yva Barthélémy - © photo : Didier Plowy/MCC

Chère Yva Barthélémy,

Je suis très heureux d’accueillir ce soir une très grande artiste, une personnalité unique, une enseignante hors pair, qui consacre sa vie à la musique, au chant et à la voix. Lorsque vous avez dû interrompre votre carrière lyrique, vous avez mis tout votre cœur, avec l’aide d’éminents spécialistes, dans vos recherches sur le fonctionnement de la voix humaine, en trouvant des applications immédiates, auprès des artistes lyriques évidemment, mais aussi auprès d’un public très divers, soucieux de travailler, de placer, de rééduquer sa voix. Cette quête que vous n’avez jamais abandonnée, au cours des trente dernières années, suscite, je ne vous le cache pas, toute notre admiration et vous vaut tout notre respect.

La musique, langue universelle, a été pour vous une passion précoce et inconditionnelle.

Née à Lunéville, en Lorraine, vous étudiez au Conservatoire de Nancy, où vous obtenez votre premier prix, puis à Paris, au Conservatoire National Supérieur de Musique, où vous entrez première nommée. Louis Musy vous y enseigne la mise en scène lyrique, et Charles Panzera, celui que vous appelez encore aujourd’hui votre Maître, vous initie à l’art du chant. En 1956, vous obtenez vos premiers prix de chant, d’opéra et d’opéra-comique.

Gabriel Dussurget, qui avait créé huit ans plus tôt le Festival d’Aix en Provence, vous engage pour interpréter le rôle du Feu et du Rossignol dans L’Enfant et les Sortilèges, à la Scala de Milan. Vous chantez ensuite à l’opéra de Monte-Carlo, à l’opéra de Genève, à Boston, Palerme, Bruxelles, et participez en même temps aux grands concerts de l’ORTF. Vous êtes dirigée par les plus grands : André Cluytens, Pierre Dervaux, Georges Prêtre, Hans Rosbaud, Manuel Rosenthal. Vous intégrez la Troupe des chanteurs lyriques de l’Opéra de Paris. Durant votre très prometteuse carrière, vous aurez donné corps et voix aux plus grands rôles du répertoire : Manon, de Massenet, Micaela dans Carmen, Musette, dans La Bohème, mais vous aurez également participé à des créations et des reprises comme Vol de nuit, de Luigi Dallapiccola, à la salle Favart, Le Plumet du colonel de Sauguet à l’ORTF, ou Le Roi David d’Honegger, sur une grande scène en Sicile. Vous avez obtenu le grand prix du disque pour les Mélodies de Louis Vierne.

Hélas, des fatigues vocales inexpliquées vous obligent à interrompre cette prestigieuse carrière.

En exergue de votre livre, La Voix libérée, le lecteur peut lire ces mots d’Albert Einstein : « Saisir que, derrière chaque expérience de la vie, il y a quelque chose qui échappe à notre entendement, dont la beauté et le sublime ne nous atteignent qu’indirectement, c’est la religiosité. Dans ce sens, je suis religieux. Pour moi, il suffit de s’émerveiller devant ces secrets et de tenter humblement de saisir par l’esprit ne serait-ce qu’une image de la structure grandiose de tout ce qui est. »

Votre quête, ce sera désormais celle de la voix humaine, du mystère insondable de son pouvoir enchanteur, de la complexité de l’origine anatomique du moindre son, du moindre souffle. Vous vous lancez passionnément, et humblement, comme le veut Einstein, dans cette recherche. Vos découvertes se font petit à petit, au fil de la lecture de l’Anatomie humaine de Rouvière, et de vos propres observations, comme le montre le chapitre très émouvant de votre livre, dans lequel vous racontez comment vous êtes sortie de ce silence de plus d’un an. Vous découvrez que non moins de 300 muscles sont sollicités pendant « l’acte de chanter », 300 muscles dont vous observez les mouvements, la puissance et les faiblesses, aidée en cela par les meilleurs spécialistes de la physiologie phonatoire.

Vous concevez des suites d’exercices visant à restructurer la musculature de soutien de l’appareil vocal. Une véritable gymnastique laryngée tout à fait originale et révolutionnaire à l’époque, que vous décidez d’enseigner à des chanteurs, bien évidemment, mais aussi au plus grand nombre. Nul ne saurait décrire mieux que vous votre passion de transmettre et d’accompagner vos élèves dans cette recherche de leur voix. « J’aime dans un être semer la petite graine du beau chant, la laisser germer, la voir grandir, surveiller sa croissance, sa transformation, sa métamorphose. C’est la vie qui chante. Oui, qu’il est grand ce mystère de la voix. Je suis chaque fois plus émue d’approcher cette source d’amour divin. Le chant fait de nous des messagers de paix. »

Vous avez ainsi délivré vos précieux cours à des acteurs, à la demande de Peter Brook, afin de les aider à trouver leur véritable tessiture ; à des danseurs, également, aux côtés de Carolyn Carlson, pour qu’ils apprennent à utiliser leur voix dans la recherche de l’équilibre ; mais aussi au jeune public, pour qu’il donne, par le chant, le meilleur de lui-même ; aux communautés religieuses, pour que leur voix célèbre mieux le divin.

Parce que vous savez que le chant épanouit, rassemble, transforme, vous êtes convaincue qu’il peut aussi guérir les âmes. Une de vos élèves vous présente un jour sa mère, dont les graves souffrances passées semblaient avoir définitivement réduit le visage à un masque de tristesse. Vous lui proposez des exercices, qu’elle refuse, mais elle accepte d’assister au cours que vous donnez à sa fille. Aucune réaction. Le soir, votre amie vous téléphone : dans le taxi qu’elles avaient pris pour rentrer, sa mère avait éclaté de rire.

Je salue ce soir votre talent, votre courage, votre dévouement. « C’est la vie qui chante », dites-vous. Oui, c’est la vie qui chante, et votre générosité contribue à la faire chanter chez des hommes et des femmes chaque jour plus nombreux.

Chère Yva Barthélemy, au nom de la République, nous vous faisons Chevalier dans l’Ordre des Arts et des Lettres.




[ Discours et communiqués ]