Discours et communiqués de presse
Cérémonie de remise des prix aux lauréats 2006 de
l' Académie internationale d'architecture


12 décembre 2006

Monsieur le Président, cher André Dufetel,
Monsieur le Directeur de l'architecture et du patrimoine, cher Michel Clément,
Monsieur le Directeur chargé de l'architecture, cher Jean Gautier,
Mesdames et Messieurs,

Je suis particulièrement heureux de vous accueillir aujourd'hui rue de Valois pour la cérémonie de remise des prix aux lauréats de l'Académie internationale d'architecture.

Vous venez de rappeler, Monsieur le Président, le rôle éminent de l'Académie internationale d'Architecture, dont nous célébrons le vingtième anniversaire cette année. Cette organisation non gouvernementale reconnue par les Nations Unies, présidée par l'architecte bulgare Georgi Stoilov et qui compte 70 Académiciens élus et 60 professeurs, se réunit en Assemblée générale tous les trois ans, lors d'un Congrès (Interarch), à Sofia. Cette réunion est l'occasion d'organiser séminaires, expositions, conférences et concours d'architectes auxquels ont participé, cette année, environ 150 architectes du monde entier.
Grand Prix de Rome, membre de cette Académie internationale d'architecture, architecte, délégué aux relations internationales de l'Académie d'Architecture de France, vous êtes, Monsieur le Président, parvenu à susciter des candidatures d'architectes français, membres de l'Académie d'Architecture de France, lors du dernier Congrès (Interarch 2006). Tous ont été récompensés par des diplômes d'honneur, et cinq d'entre eux ont reçu une distinction supplémentaire, que je suis très heureux et très fier de leur remettre aujourd'hui.

Mais auparavant, et sans trop prolonger votre attente, je tiens à vous dire quelques mots de la place de l'architecture et du rôle essentiel des architectes dans la France d'aujourd'hui, car c'est bien l'amour de cet art qui nous rassemble ici ce matin.

Vous savez en effet que je suis très sensible à mes responsabilités dans le domaine de l'architecture et du patrimoine, parce qu'il s'agit, non seulement de l'identité, de l'histoire et de la mémoire de notre pays, dans sa diversité, mais aussi du cadre de vie des Français et de l'harmonie des paysages que nous lèguerons aux générations futures.

Comme le montrent avec éclat les réalisations qui vous ont valu les prestigieuses distinctions que je vais vous remettre dans un instant, les pratiques d'aménagement de nos villes doivent s'inscrire dans une perspective de développement durable, c'est-à-dire avec le souci constant des conséquences de nos choix d'aujourd'hui pour demain.

C'est pourquoi l'architecture concerne tous les Français. Car l'évolution de nos espaces de vie doit être maîtrisée, dans le respect de notre patrimoine architectural, urbain et paysager exceptionnel, en laissant toute sa place à la créativité et à l'invention qui font la force des architectes français dans le monde entier, et là encore, vous nous en apportez toutes et tous la preuve éclatante. Le palmarès de l'Académie Internationale d'Architecture est une reconnaissance supplémentaire du rayonnement que vous incarnez, de l'architecture française en Europe et dans le monde. Parce qu'elle est l'une des manifestations les plus vivantes de la diversité culturelle, j'attache la plus grande importance à rendre hommage, aujourd'hui comme dans chacun de mes déplacements à l'étranger, aux talents des architectes français. Parce que je suis le ministre en charge de la formation des futurs architectes, j'attache la plus grande importance au développement des jeunes talents pour lesquels vous êtes des exemples.

Parce que l'architecture fait partie de la culture, la culture de l'architecture doit être largement diffusée auprès de nos concitoyens et c'est l'un des axes forts de mon action, au service des architectes, dans ce domaine.

Je vais maintenant remplir mon office auprès de la lauréate et des lauréats, qui expriment et illustrent brillamment la vitalité, la créativité, le sens du présent et la conscience de l'avenir de l'architecture française d'aujourd'hui.

Ont reçu les diplômes d'honneur :

- Jean-Marie Duthilleul, pour le Quartier d'affaires et pôle d'échanges de Xizhimen [sidjeumenne] à Pékin ;

- Patrice Novarina, pour l'Ecole La Cigogne à Bois-Colombes dans les Hauts-de-Seine ;

- Bernard Reichen, pour Zhenru [djennjou], la nouvelle identité du second centre de Shanghai ;

- Jean-Marie Valentin, pour l'Institut de cardiologie & Fondation Adicare, CHU de la Pitié-Salpétrière à Paris ;

- Jean-Paul Viguier, pour l'Hôtel Sofitel à Chicago ;

- Thierry Van de Wyngaert, pour la Bibliothèque Chevreul à Lyon.

Ont reçu les diplômes d'honneur et distinctions suivants :

- Françoise-Hélène Jourda, Diplôme d'Honneur Spécial, pour son projet de centre de formation d'Herne-Sodingen en Rhénanie du Nord-Westphalie, en Allemagne ;

- Guy Autran, Prix spécial de la Maison d'Edition Atlas Style, pour le lycée professionnel Kyoto à Poitiers ;

- Pierre Rousse, Prix spécial de l'Union des Architectes du Kazakhstan, pour son Université pluridisciplinaire de l'Artois, Campus d'Arras ;

- Anthony Béchu (et Tom Sheehan), Prix du Ministre de la Planification Urbaine de Bulgarie, pour l'Académie de formation des dirigeants de Pudong, près de Shanghai (équivalent " hybride " de l'ENA et de l'INSEAD en Chine).



Enfin, avant de remettre le Grand Prix du Globe de Cristal, je tiens à décerner, en quelque sorte, une " mention spéciale " à Franck Hammoutène, Lauréat du Grand Prix du Ministre de la Culture et de la Communication de la République française, pour l'Eglise Notre-Dame de Pentecôte à Paris.

Cher Franck Hammoutène,

Vous êtes architecte et urbaniste, membre de l'Académie d'architecture, Membre de l'Union Franco-Britannique des Architectes.

Nous célébrons aujourd'hui les vingt ans de l'Académie internationale d'Architecture et il y a vingt ans déjà, vous receviez de vos pairs de prestigieuses distinctions, le Prix de la première œuvre et le Prix AMO Architecture et Lieux de travail. Et cette année aussi, après de nombreux autres prix, vous recevrez au moins deux distinctions prestigieuses : celle que j'ai l'honneur de vous remettre aujourd'hui et le Prix de l'équerre d'argent, que je vous remettrai bientôt.

Au cœur de la Défense, toute proche de la Grande Arche, vous avez conçu et construit l'Eglise Notre-Dame de Pentecôte, consacrée en 2001, sur un site exceptionnel, où se croisent la voûte blanche du CNIT, les méandres des carrefours automobiles, la statique noire des tours. A la fois lieu de solitude et lieu de communion, Notre-Dame de Pentecôte est comme suspendue au-dessus du vide, surplombant les voies rapides. Les trois parties du programme s'y organisent verticalement : chambre haute - parvis d'accueil et de rencontre - salles de réunions. La forme de l'architecture est issue d'une série de plans successifs qui protègent sans enfermer, dessinent les espaces intérieurs, en créant des variations d'échelle et de lumières qui accompagnent et effacent à la fois le monde extérieur.

Franck Hammoutène, je vous décerne le Grand Prix du Ministre de la Culture et de la Communication.


Cher Paul Andreu,

Je suis très honoré de vous remettre aujourd'hui, pour l'ensemble de votre œuvre, au nom de l'Académie internationale d'Architecture, sa plus haute distinction triennale, le Grand Prix du Globe de Cristal. Pour situer le niveau de cette distinction, il me suffit de rappeler que vous succédez à Oscar Niemeyer, lauréat du congrès 2003.

Diplômé de l'Ecole Polytechnique (1958), ingénieur en chef des Ponts et Chaussées (1963), vous êtes architecte DPLG en 1968.

Vous avez reçu de très nombreuses et très prestigieuses distinctions dans le monde entier, parmi lesquelles je ne citerai que le Grand Prix national d'architecture, dès 1977.

Dès le début de votre carrière, vous avez rejoint la société Aéroports de Paris, dont vous devenez architecte en chef et Directeur des projets (en 1974) puis Directeur de l'architecture et de l'ingénierie (en 1979). Parmi vos principales réalisations figurent les aéroports de Roissy et sa gare TGV-RER, les aéroports d'Abu Dhabi, de Djakarta, du Caire, de Dar-Es-Salaam, de Bruneï, de Kansaï dans la baie d'Osaka, de Nice, de Bordeaux, de Pointe-à-Pitre, la Grande Arche de la Défense, ainsi que le terminal français du tunnel sous la Manche.

Se confronter à la modernité, répondre à des programmations complexes, planifier des infrastructures en portant une attention particulière aux cultures locales, réaliser des ouvrages fonctionnels de pierre, de verre et de béton avec une technique mathématique et physique universelle, tel est, Paul Andreu, votre grand défi. Si vous confiez aux éléments le soin de parachever vos bâtiments, en permettant à la lumière de délimiter l'espace et de modifier la matière, vous seul réglez les détails de la construction avec rigueur et vérité, tout en privilégiant l'harmonie de l'ouvrage dans l'environnement et le paysage.

De conférences en jurys de concours, d'associations en commissions, vous vous investissez constamment dans le débat architectural international, et vos travaux ont fait l'objet des plus importantes publications mondiales.

Depuis janvier 2003, vous avez fondé votre propre agence d'architecture à Paris. Une aventure qui vous permet d'inscrire votre travail dans une nouvelle perspective. Vous avez achevé le Centre des Arts Orientaux à Shanghai, qui a été inauguré à la fin de l'année 2004. Vous poursuivez des projets magnifiques, immenses, en cours de réalisation, tel le Grand Théâtre national de Pékin, que j'ai visité à vos côtés l'an dernier. Et je compte bien assister l'an prochain à l'inauguration de ce monument unique, au cœur de l'une des cités les plus mythiques, non pas une cité interdite, mais une cité ouverte à la diversité des expressions artistiques et culturelles. A la fois opéra, salle de concerts et de spectacles vivants, haut lieu de création et de culture, de patrimoine et de modernité, ce projet unique est conçu comme une véritable "ville de théâtres", une île transparente sur un plan d'eau artificiel, entouré d'un nouveau parc urbain.

Paul Andreu, pour l'ensemble de votre œuvre, je suis heureux de vous décerner le Grand Prix du Globe de Cristal de l'Académie internationale d'Architecture.

photo : Didier Plowy/MCC

[ Discours et communiqués ]