Discours et communiqués de presse


Avec la nomination de son nouveau directeur artistique,
Daniel Yvinec, l'Orchestre National de Jazz fait évoluer son projet.

jeudi 22 novembre 2007

 

Christine Albanel, ministre de la Culture et de la Communication, se réjouit de la perspective de la nomination de Daniel Yvinec, directeur artistique de l'Orchestre National de Jazz (ONJ) qui interviendra à compter de septembre 2008.
Réuni le 11 octobre dernier à l'initiative du conseil d'administration de l'association pour le Jazz en Orchestre National (AJON), le jury regroupant des personnalités d’horizons artistiques et musicaux diversifiés, s'est prononcé pour la candidature de Daniel Yvinec, qui illustre une forte volonté de rénovation de l'Orchestre National de Jazz.
Musicien concepteur et réalisateur, soucieux de développer un large public, Daniel Yvinec est porteur d'un projet exigeant et audacieux pour l'ONJ. Il sera amené à solliciter des compositeurs et arrangeurs associés, représentant les différentes facettes du jazz d'aujourd'hui, entre tradition et modernité, en établissant, dans le souci du partage, des liens entre différentes formes artistiques et musicales.
Nommé pour une période de trois ans renouvelable, Daniel Yvinec succédera ainsi à Franck Tortillier, directeur musical de l'ONJ depuis l'automne 2005.
Daniel Yvinec dévoilera le contenu de son projet lors d'une conférence de presse prévue au printemps 2008.
Daniel Yvinec
Contrebassiste, multi instrumentiste, compositeur, producteur
Daniel Yvinec multiplie les collaborations éclectiques aux côtés de Maceo Parker, Tania Maria, Cheb Mami, Mark Turner, Suzanne Vega, Yungchen Lhamo, Ryuichi Sakamoto, Dead can Dance, David Fiuczynski, Magic Malik, Snooze… Il réalise plusieurs projets discographiques notamment pour Brisa Roché, David Linx, Nelson Veras, Stéphane Guillaume, Alain Jean-Marie ou Mario Canonge. En 2002, il sort un premier opus sous son nom « Recycling the Future » (2002, BMG) qui sera plébiscité par la presse et le public. Par ailleurs, il s’associe au pianiste Guillaume de Chassy avec lequel il signe une série d’albums : « Ghost of a Song » (2003, Juste une trace) duo piano/contrebasse, « Chansons sous les bombes » (2004, Bee jazz) avec André Minvielle et « Wonderful World » (2005, Bee jazz) dévoilant une pléiade de voix connues ou inconnues recueillies sur le pavé new-yorkais. Aujourd’hui, il défend « The Lost Crooners » (2007, Bee jazz) un album en trio avec Nelson Veras et Stéphane Galland, qui accueille en invités Médéric Collignon et Benoît Delbecq, et tourne avec son projet Old Wine New Bottle créé dans le cadre de la dernière édition du festival Jazz sous les Pommiers à Coutances. Collectionneur de disques invétéré (30 000 pièces), le musicien prend également la plume pour Jazz Magazine et Musiq. Il est membre de l’Académie Charles Cros et du comité artistique des Victoires de la musique.