Discours et communiqués de presse


Christine Albanel annonce le classement au titre des monuments historiques du
mémorial des Martyrs de la Déportation, situé à Paris 4e, sur l’Ile de la Cité

vendredi 14 décembre 2007


A la pointe de l'Ile de la Cité, derrière le chevet de la cathédrale Notre-Dame, le Mémorial des Martyrs de la Déportation est une évocation de la souffrance de celles et de ceux qui furent déportés de France entre 1941 et 1944.

Inauguré le 12 avril 1962, l'édifice est l'œuvre de l'architecte Georges-Henri Pingusson (1894-1978), commandé à l'initiative du Réseau du Souvenir qui en a fait don à l'Etat le 29 février 1964. Il vient d'être classé au titre des monuments historiques par arrêté du 23 novembre 2007. Ce « panthéon des martyrs de la déportation » a été conçu comme un mémorial quasi invisible, enseveli dans le sol, rompant ainsi de façon radicale avec les formes et les conventions monumentales traditionnelles. Le mémorial s'appuie sur la configuration du site en forme de proue de navire. Il se présente sous la forme d'une crypte enterrée à laquelle on accède par deux escaliers et un parvis surbaissé défendu côté Seine par une herse métallique. L'ensemble, réalisé en béton, est d'une forme triangulaire. La crypte conduit à une rotonde hexagonale qui distribue deux chapelles contenant la terre et les ossements provenant de camps de déportation, dont les murs portent des extraits littéraires inspirés par le drame de la déportation. Elle mène également à une chapelle ardente aux parois revêtues de 200.000 bâtonnets lumineux symbolisant les victimes. Au premier étage, se trouvent des salles d'exposition et de musée.

Georges-Henri Pingusson fut l’une des figures les plus reconnues du mouvement moderne en France. Le mémorial des Martyrs de la Déportation constitue une de ses réalisations majeures.