Discours et communiqués de presse


A la suite de l’article paru dans Sud Ouest et intitulé
« ces taches
noires qui inquiètent », le ministère de la Culture et de la Communication souhaite apporter les précisions suivantes
vendredi 12 octobre 2007

Depuis la fin de l'année 2001, la grotte de Lascaux subit un déséquilibre bioclimatique et fait l'objet d'études de fond destinées à déterminer l'origine et la natures exactes de ces désordres. Le phénomène dans son ensemble relève d'un dérèglement déjà ancien du milieu naturel qui a été très profondément modifié, dès l'ouverture au public en 1948, jusqu'à la crise de 1963 qui conduisit à sa fermeture définitive.

La grotte est depuis sous surveillance constante. Un comité scientifique international mis en place en 2002 a lancé différents programmes de recherche (microbiologie, hydrogéologie, géochimie…) et assure une veille permanente.

Les facteurs à l'origine de la crise microbiologique sont multiples et aucun ne peut être directement relié à l'apparition brutale de plusieurs microorganismes, moisissures et bactéries. Ils s'inscrivent aussi dans un lent réchauffement global du climat local depuis vingt ans.

Un programme décisif d'étude microbiologique destiné à relier la diversité des micro-organismes qui se manifestent sur les parois avec des facteurs physiques qui favorisent leur apparition est actuellement mis en oeuvre grâce à la collaboration du Laboratoire de Recherche des Monuments Historiques, du Centre National de la Recherche italien et de l'Institut national de la recherche agronomique (INRA) de Dijon.

A ce jour, le principal agent identifié, dès 2002, Fusarium solani, est pratiquement éradiqué et seules subsistent des « taches noires » dont lespremières ont été remarquées fin 2001 et signalées dans les publications.L'identification biologique des micro-organismes à l'origine de cesmanifestations requiert l'attention de plusieurs laboratoires spécialisés ets'avère particulièrement longue et complexe. Leur persistance justifieactuellement l'attention des meilleurs spécialistes d’Allemagne, d’Espagne etd’Italie qui coopèrent à la recherche de tous les paramètres en cause, afin derésoudre le problème de manière définitive et de se prémunir contre touterésurgence. De plus, la sensibilité des lieux et leur exceptionnel intérêt ontconduit les services de l’Etat et du Conseil Général de la Dordogne àélaborer avec la commune de Montignac un plan de sauvegarde étendu àl’ensemble de la colline de Lascaux.Christine Albanel, ministre de la Culture et de la Communication, a souhaité,dans un souci d’information du public, que l’avancée des travaux soit prochainement mise en ligne sur le site du ministère de la Culture et de la Communication.