Discours et communiqués de presse


Hommage de Christine Albanel, ministre de la Culture et de la
Communication, porte-parole du Gouvernement , à Jean-Claude Brialy

jeudi 31 mai 2007


Avec Jean-Claude Brialy, disparaît peut-être le favori de nos comédiens, un artiste simple et absolu dont le talent marchait à l’unisson du coeur et qui aura tissé avec ses compatriotes un lien de complicité exceptionnel.

Le public aimait l’intelligence mêlée de drôlerie de ce séduisant « Beau Serge » qui depuis 1958 n’a plus jamais quitté la scène. Il était partout chez lui, partout à la fois : au cinéma, au théâtre et à la télévision, cultivant tous les genres, créant des festivals et ouvrant son propre théâtre des Bouffes Parisiens. Son élégance légendaire a rayonné sur les films de Renoir et Chabrol, Louis Malle et Claude Miller ; illuminé la vie mondaine parisienne et pénétré dans tous les foyers grâce à ses nombreuses causeries télévisées.

Avec les années, ses rôles s’étaient approfondis jusqu’à devenir de plus en plus tendres et paternels.

Il nous laisse tristes, mais riches d’une oeuvre magnifique qui, par son humanisme, a valeur d’avenir. Une oeuvre à la croisée des chemins, entre poésie et entreprise, enfance et maturité, rire et délicatesse. L’oeuvre du « Bon petit diable » qu’il avait réalisé avec Alice Sapritch, et qu’il était luimême.