Discours et communiqués de presse


Hommage de Christine Albanel, ministre de la Culture et de la Communication, à Raymond Pellegrin


lundi 15 octobre 2007



Avec Raymond Pellegrin, disparaît une figure familière, particulièrement sympathique et chère à plusieurs générations de spectateurs, une personnalité chaleureuse et chatoyante dont le charme ambivalent avait séduit de grands réalisateurs de son temps.

Au fil d’une riche carrière cinématographique, théâtrale et audiovisuelle, il a marqué de son physique impressionnant nombre de films, alternativement ange noir ou bon garçon : « Nous sommes tous des assassins » d’André Cayatte en 1952 ; « Topaze » de Marcel Pagnol dans lequel ses origines niçoises rayonnaient ; « Les uns et les autres » de Claude Lelouch en 1981,… Il fut l’un des « Napoléon » les plus remarquables du cinéma pour la caméra de Sacha Guitry en 1955.

Raymond Pellegrin, c’était aussi une voix, la célèbre voix de « Fantomas » dont le timbre profond et envoûtant a fait le succès des films cultes d’André Hunebelle, interprétés par Jean Marais. Empreinte indélébile de sa personnalité, ineffaçable comme l’était son sourire, elle appartient désormais au patrimoine de tous.