Discours et communiqués de presse

Hommage de Christine Albanel à Luciano Fabro
27 juin 2007

Avec Luciano Fabro, mort à 71 ans dans son atelier de Milan, disparaît l’une des figures majeures de la scène artistique italienne et internationale.

Né à Turin, Luciano Fabro fut l’un des protagonistes essentiels de l’Arte Povera, ce mouvement de la fin des années 1960 dont la singularité et la force resteront comme un moment majeur de la création contemporaine.

Sculpteur, mais aussi écrivain, enseignant et théoricien, Fabro aura, sa vie durant, travaillé et agi en poète. Profondément imprégné de culture classique, son oeuvre exigeante n’aura cessé de questionner les grands mythes et représentations de notre histoire.

Sensible à l’architecture comme à la synthèse des arts, Fabro aura construit une oeuvre inspirée et fragile, mêlant aux matériaux classiques à l’épreuve du temps, la singularité d’installations précaires et légères à même de questionner le rapport sensible de l’artiste au monde.

Les collections publiques françaises (FNAC, FRAC, musées) conservent un ensemble hautement significatif de son oeuvre. Le Centre National d’Art et de Culture Georges Pompidou lui avait rendu hommage par une exposition rétrospective. Sa présence à l’exposition « La beauté » en Avignon avait été des plus remarquées. Le musée du Louvre, qu’il visitait encore la semaine passée, s’apprêtait à fermer ce lundi la manifestation qu’il lui avait consacrée dans le cadre de « Contrepoint », manifestation qui fait dialoguer oeuvres du passé et oeuvres du présent.

Luciano Fabro avait aussi reçu commande, dans le cadre des décors pérennes du musée du Louvre, d’une oeuvre qu’il allait réaliser pour l’escalier sud de la Colonnade. On ne peut désormais qu’espérer que cette commande puisse voir le jour et témoigner à jamais de la singulière beauté de son oeuvre.



[ Discours et communiqués ]