Discours et communiqués de presse


Hommage de Christine Albanel, ministre de la Culture et de la
Communication, à Christine Fersen


mardi 27 mai 2008

Avec Christine Fersen disparaît une très grande actrice, l'une des meilleures de sa génération. Elle avait été engagée comme pensionnaire à la Comédie-Française, il y a plus de quarante ans, en 1965. Elle en était sociétaire depuis plus de trente ans et doyenne depuis 2007. La troupe de Molière, perd l'une de ses personnalités les plus fortes, les plus brillantes, une de celles qui portait une grande part de la mémoire de la maison. Elle était à la fois un guide, un exemple, un conseiller précieux pour ceux qui venaient d’être intégrés dans la troupe.

Etonnante actrice, elle a été admirable dans l'interprétation du grand répertoire classique comme dans « Les Caprices de Marianne » de Musset, « Six personnages en quête d’auteur » de Pirandello, « Le Marchand de Venise » ou encore « Le Songe d’une nuit d’été » de Shakespeare, mais elle était tout aussi convaincante, saisissante dans la défense des auteurs d'aujourd'hui. On se souvient d’elle dans « Triptyque » de Max Frisch, « Le Balcon » de Jean Genet, « Huis clos » de Jean-Paul Sartre mais aussi dans « Elle est là » de Nathalie Sarraute, pour l’ouverture du Théâtre du Vieux-Colombier en 1993.

Chacune de ses interprétations, par sa force, sa subtilité, sa profondeur, était comme une leçon de théâtre. Sa carrière restera comme une leçon de vie.