Discours et communiqués de presse


Hommage de Christine Albanel à Jean Desailly


jeudi 12 juin 2008


Avec Jean Desailly, disparaît un grand monsieur de notre scène française, un merveilleux acteur qui incarnait naturellement et à un degré supérieur, la distinction et « le charme discret de la bourgeoisie » dans chacun de ses rôles.

Il a marqué de son empreinte troublante des films aussi inoubliables que « La peau douce » de François Truffaut ou « La mort de Belle » d’Edouard Molinaro. Egal à sa réputation dans « Les grandes familles » de Denys de La Patellière, il a familiarisé les spectateurs mais aussi les téléspectateurs, avec l’univers littéraire et social de Maurice Druon.

C’était un authentique homme de culture, qui a défendu le grand répertoire au sein de la compagnie Renault – Barrault et surtout de la Comédie française, où il forma avec sa femme Simone Valère l’un des couples les plus célèbres du théâtre français. Un véritable entrepreneur aussi, qui a su prendre en mains les destinées du Théâtre Hébertot et du Théâtre de la Madeleine. Toujours avec ce sourire enchanteur et son style un rien désuet.