Discours et communiqués de presse


Collège des Bernardins à Paris


mardi 2 septembre 2008

Collège des Bernardins à Paris 5eChristine Albanel, ministre de la Culture et de la Communication, inaugurera avec le Cardinal André Vingt-Trois, archevêque de Paris, Bertrand Delanoë, Maire de Paris, et Jean-Paul Huchon, Président du Conseil régional d’Ile-de-France, le collège des Bernardins à Paris, jeudi 4 septembre à 11 heures.

Après cinq ans de grands travaux de restauration et d'aménagement, menés par l’architecte Jean-Michel Wilmotte et Hervé Baptiste, architecte en chef des monuments historiques, le collège des Bernardins, situé dans le 5e arrondissement de Paris, ouvre ses portes au grand public.
Fondé au XIIIe siècle par les Cisterciens pour servir de lieu d’étude et de recherche, le collège des Bernardins a contribué pendant quatre siècles au rayonnement intellectuel de la ville et de l’Université de Paris. Vendu comme bien national à la Révolution Française, le collège des Bernardins devient successivement une prison, un entrepôt, une école des Frères des Ecoles chrétiennes, une caserne de pompiers, puis un internat pour l’école de police.
Aujourd’hui, le collège des Bernardins est prêt à renouer avec sa vocation initiale sous l’impulsion du diocèse de Paris.
La dimension artistique est essentielle au projet du Collège des Bernardins.
Elle constitue un moyen privilégié d’engager le dialogue et la réflexion avec le public autour de trois ambitions :
- l’art et la culture avec des expositions, de la musique, du cinéma ;
- les rencontres et débats avec des rendez-vous publics hebdomadaires, des colloques et des conférences ;
- la formation et la recherche avec l’École Cathédrale et la « chaire des Bernardins ».

Le public pourra accéder librement aux expositions. Le Collège des Bernardins s’offre également comme un « lieu de recherche et de débat pour l’Église et la société » en rassemblant des chercheurs issus du monde scientifique, politique, économique et religieux pour jouer le rôle d’ “observatoire de la société”.

La qualité du programme de restauration et du projet culturel justifiait pleinement l’aide financière que le ministère de la Culture et de la Communication a apporté à cette opération, à hauteur de 40 % (6,65 M€ sur un total de 16,6 M€).

photo : © Julien Spiewak