Discours et communiqués de presse


Rapport de la Cour des comptes sur les “grands chantiers culturels
"

lundi 17 décembre 2007

A l’occasion de la parution du rapport de la Cour des comptes sur « les grands chantiers culturels », Christine Albanel, ministre de la Culture et de la Communication, se félicite de ce que les magistrats aient souligné la réussite architecturale et le succès public rencontrés par ces grands projets.

Si ce succès ne peut certes constituer l’unique critère d’évaluation de la politique d’investissement du ministère, il est en effet important de rappeler à quel point de grandes réalisations telles que la création du musée du quai Branly, la rénovation du théâtre de l’Odéon ou celle du Grand Palais, participent au rayonnement culturel de la France, à son attractivité touristique et économique, et sont la source d’une légitime fierté pour notre pays.

En ce qui concerne les dépassements de coûts, évalués à 30% en moyenne par la Cour des comptes, la Ministre indique que ce constat s’explique par plusieurs éléments.

En premier lieu, il convient de rappeler que la période récente, qui a vu la réalisation de plusieurs grands projets culturels, a coïncidé avec une forte augmentation du coût de la construction que l’indice qui permet de suivre ces évolutions (indice BT01) n’a pas pris en compte, entraînant infructuosité des marchés publics, allongement des délais de réalisation et renchérissement du coût des opérations. A cet égard, sur la période 2000-2001, la hausse, reconnue par le ministère des finances, a représenté au moins 10% du prix des travaux.

En second lieu, force est de constater le caractère exceptionnel de la plupart de ces opérations, qui s’apparentent à des prototypes non reproductibles. Cette singularité explique en grande partie la difficulté de stabiliser très en amont les programmes architecturaux. Ce processus a bien évidemment un impact sur la durée des chantiers, engendrant ces délais et des coûts supplémentaires.

En revanche, la Ministre estime que la conduite ces grands projets n’a pas fragilisé les investissements réalisés en région, à commencer par les opérations d’entretien et de restauration des monuments historiques. La réalisation d’opérations d’envergure, souvent situées à Paris ou en Ile-de-France pour les plus connues d’entre elles, ne doit pas occulter la réalité de l’effort financier en faveur des régions, qui atteint 345 millions d’euros en moyenne annuelle depuis 1999, avec un pic de 450 millions d’euros en 2005.

Cela étant, le ministère de la Culture et de la Communication, auquel il incombe de conjuguer création architecturale, entretien et rénovation du patrimoine, dans un souci d’équilibre territorial, a engagé une série de réflexions visant à rationaliser l’organisation et la mise en œuvre de la conduite de ses grands projets. Dans cette perspective, les observations et préconisations de la Cour des comptes seront d’une grande utilité pour le ministère.