Une charte pour promouvoir une alimentation et une
activité physique favorables à la santé à la télévision

mercredi 18 février 2009

Service de presse du ministère de la Santé et des Sports Le 18 février, Christine Albanel, ministre de la Culture et de la Communication et Roselyne Bachelot-Narquin, ministre de la Santé et des Sports, en présence de Michel Boyon, président du CSA, ont accueilli les signataires de la charte visant à promouvoir une alimentation et une activité physique favorables à la santé, notamment chez les plus jeunes, dans les programmes et les publicités diffusés à la télévision.

Une charte en six points.
- Les annonceurs s’engagent à une réévaluation des règles déontologiques sur le contenu des messages publicitaires adressés aux enfants.
- Les régies publicitaires des chaînes de télévision accorderont des conditions tarifaires adaptées aux campagnes collectives faisant la promotion des produits dont il convient d’augmenter la consommation et aux messages sanitaires de l’INPES (Institut national de prévention et d'éducation pour la santé).
- Les chaînes de télévision s’engagent à diffuser et à mettre à la disposition du public, en particulier auprès du jeune public, des programmes sur l’alimentation et l’activité physique
- Les producteurs audiovisuels, en collaboration avec les chaînes de télévision proposant une programmation spécifiquement destinée à la jeunesse, s'engagent à produire des programmes courts visant le jeune public et mettant en valeur les bonnes pratiques alimentaires et d'hygiène de vie, en se référant aux neuf repères du PNNS (Programme National Nutrition Santé, la référence en matière d’information sur la nutrition.).
- Des annonceurs des industries agro-alimentaires s'engagent à financer des programmes courts d’éducation adaptés au jeune public pour favoriser les bons comportements de vie, d'alimentation, et d'activité physique.
- Les chaînes s’engagent à promouvoir régulièrement dans le cadre de leurs programmes le site www.mangerbouger.fr ou tout autre site émanant du ministère de la santé et des établissements placés sous sa tutelle délivrant des informations relatives à la santé

Un problème de santé publique.
En 2007, en France, chez l’enfant de 3 à 17 ans :
- La prévalence de l'obésité est de 3,5%
- La prévalence du surpoids (hors obésité) est de 14,3%.
- La prévalence est identique chez les garçons et les filles.
La prévalence est une mesure de l'état de santé d'une population à un instant donné. Pour une affection donnée, elle est calculée en rapportant à la population totale, le nombre de cas de maladies présents à un moment donné dans une population.

En Europe :
75 millions d'enfants vivent dans l'Union européenne.
22 millions sont en surpoids, soit 29 % d'entre eux.
5,1 millions sont obèses, soit 6,8 % d’entre eux.
Le nombre d’enfants obèses supplémentaires, chaque année en Europe, est estimé à 300 000 par l'Organisation internationale pour l'étude de l'obésité (OIEO).

>> Le communiqué

>> le dossier de presse en pdf

INPES
www.inpes.sante.fr

photo : Service de presse du ministère de la Santé et des Sports