Discours et communiqués de presse


Christine Albanel confie à Alain Auclaire une mission sur
les actions d’éducation à l’image et de diffusion culturelle

lundi 18 février 2008

Christine Albanel, ministre de la Culture et de la Communication, confie à Alain Auclaire, (ancien président de la Femis, membre du Comité de la diffusion cinématographique au Centre National de la Cinématographie) une mission sur les actions d’éducation à l’image et de diffusion culturelle soutenues par le ministère de la Culture et de la Communication dans le domaine du cinéma.

Alain Auclaire devra notamment dresser un état des lieux des programmes d’aides actuellement mis en oeuvre par le ministère de la Culture et de la Communication, et le Centre national de la cinématographie (CNC) et formuler des propositions afin de permettre leur développement à l’horizon 2009.
Le ministère de la Culture et de la Communication a fait de l’éducation à l’image un enjeu fondamental et l’une des priorités inscrites dans le plan de développement de l’éducation artistique et culturelle présenté récemment en Conseil des ministres par Christine Albanel et Xavier Darcos.

Jusqu’à présent, dans le domaine du cinéma comme de l’audiovisuel et du multimédia, l’éducation à l’image est portée par une grande diversité de dispositifs, que ce soit dans ou hors du temps scolaire.
Le milieu associatif y est très impliqué, à l’échelon local ou national. Ces dispositifs sont souvent liés à des actions plus larges menées en direction de différents publics comme les festivals, les animations cinématographiques de terrain, le soutien à la diffusion de l’art et essai que l’on a l’habitude de regrouper sous le vocable d’action culturelle cinématographique et qui font l’objet d’un soutien de l’Etat et des collectivités territoriales.

L’organisation de ce soutien, pour ce qui concerne l’Etat, manque toutefois de lisibilité et n’est pas appréhendée de manière globale. Certaines de ces actions relèvent des crédits consacrés à la « transmission des savoirs », tandis que d’autres sont soutenues au titre du programme « création ».

Certaines actions sont financées par le Centre national de la cinématographie, tandis que d’autres sont subventionnées à l’échelon déconcentré du ministère de la Culture et de la Communication.

C’est pourquoi il paraît indispensable de dresser un état des lieux des actions conduites en faveur de la diffusion culturelle cinématographique, audiovisuelle et multimédia et de permettre une meilleure complémentarité et une vraie cohérence des aides de l’Etat, afin de soutenir plus efficacement, dès 2009, les actions qui contribuent à la sensibilisation des publics, notamment du jeune public, et au renouvellement de la cinéphilie.

Un premier point d’étape devra être remis à la fin du mois de mai.