La Culture contribue au plan de relance de l’économie française

4 décembre 2008

Le 4 décembre 2008, à Douai, le Président de la République, Nicolas Sarkozy, a prononcé un discours dans lequel il présente son plan de relance économique, qui porte sur environ 26 milliards d’euros. La mise en œuvre de ce plan a été confiée à Patrick Devedjian, ministre auprès du Premier Ministre.

Relancer l’investissement public. Nicolas Sarkozy a souligné sa volonté d’ « accélérer massivement des décisions d'investissement qui dormaient dans les cartons des ministères avec la certitude qu'une grande partie d'entre eux ne verraient jamais le jour ». Parmi les nombreuses mesures annoncées qui concernent aussi bien le logement, le bâtiment, l’entreprise et l’automobile, certaines concernent directement le ministère de la Culture et de la Communication.

Des moyens accrus pour la préservation du patrimoine. Quatre secteurs bénéficieront particulièrement des investissements de l'Etat: les infrastructures, l'enseignement supérieur et la recherche, les équipements de défense et de sécurité, et le patrimoine.
Le patrimoine de l'Etat bénéficiera de 645 millions d'euros supplémentaires, dont 100 millions pour le ministère de la Culture, 80 millions pour la Justice, 245 millions pour la Défense.

100 millions pour la culture. Sur les 4 milliards d’euros d’investissement supplémentaires qui seront mobilisés par l’Etat en 2009, 100 millions seront alloués à la Culture, soit 2,5% du total. Cet effort représente un accroissement de près de 25% du budget d’investissement central et déconcentré du ministère de la Culture et de la Communication prévu pour 2009.

500 000 emplois. Le patrimoine monumental est à l’origine de près de 500 000 emplois directs et indirects et soutient d’abord l’activité des artisans et des entreprises spécialisées en matière de monuments historiques. L’augmentation de moyens prévue par le plan de relance s’ajoute aux 20 millions d’euros supplémentaires que le Gouvernement a mis en place en 2009 au-delà des crédits budgétaires (de l’ordre de 300 millions d’euros). Ils préfigurent la ressource extra-budgétaire pérenne dont le Premier ministre et le Président de la République ont arbitré le principe pour répondre à un besoin évalué entre 50 et 100 millions d’euros euros par an.

150 nouveaux chantiers. L’enveloppe supplémentaire de 100 millions d’euros prévue par le plan de relance permettra de conduire plus de 150 opérations de restauration des monuments historiques sur l’ensemble du territoire, mais aussi d’accélérer la réalisation de grands projets culturels, tels que le Musée des civilisations de l’Europe et de la Méditerranée.

> Le discours du Président de la République

> Le plan de relance de l'économie française

> Le communiqué de presse