Picasso et les Maîtres s'installent au Grand Palais

lundi 6 octobre 2008
Picasso et les Maîtres s'installent au Grand Palais

De gauche droite: Thomas Grenon, administrateur général de la Réunion des musées nationaux, Christine Albanel, ministre de la culture, Bernadette Chirac, Hélène Arnault et Bernard Arnault, PDG LVMH, Jean-Ludovis Silicani, président du CA de la RMN
photos : Didier Plowy/MCC

  

Le 6 octobre, Christine Albanel inaugure l’exposition Picasso et les maîtres, présentée aux Galeries nationales du Grand Palais à Paris jusqu'au 2 février 2009. Parallèlement, le musée du Louvre et le musée d’Orsay exposent autour de l'artiste.

Un dialogue permanent. L’exposition Picasso et les maîtres au Grand Palais illustre le dialogue permanent que Picasso (1881-1973) a entretenu avec toute la grande tradition de la peinture occidentale : depuis sa première grande composition à sujet allégorique, Derniers Moments (1896), jusqu’aux dernières toiles d’après Vélasquez, Titien et Rembrandt, où règnent sous les masques de mousquetaires, musiciens et matadors, le motif récurrent de l’autoportrait. La période des « variations » d’après Delacroix, Vélasquez ou Manet (1950-1962), forme l’épisode le plus connu et le plus aisément lisible de ce dialogue qui anima toute l’œuvre du peintre espagnol.

Une collection de chefs-d’œuvre rarement réunis. L’exposition présente dans un parcours croisant approches thématique et chronologique, les toiles de Picasso confrontées à celles des grands peintres qui l’ont inspiré : Le Greco, Vélasquez, Goya, Zurbarán, Ribera, Melendez, Poussin, Le Nain, Dubois, Chardin, David, Ingres, Delacroix, Manet, Courbet, Lautrec, Degas, Puvis de Chavannes, Cézanne, Renoir, Gauguin, Douanier Rousseau, Titien, Cranach, Rembrandt, Van Gogh… Au total, ce sont 210 œuvres y ont été rassemblées, issues des collections les plus prestigieuses, publiques et privées, nationales et internationales.

Trois lieux pour un seul homme. Pour la première le Grand Palais, le musée du Louvre et le musée d'Orsay s'associent pour confronter Picasso à ceux qui l'ont inspiré. En parallèle de la grande exposition Picasso et les maîtres qui se tient aux Galeries nationales du Grand Palais, le musée du Louvre présente une vingtaine des variations picturales et graphiques réalisées par Picasso en 1954-1955 d’après le chef-d’oeuvre de Delacroix, Femmes d’Alger dans leur appartement (1834). De son côté, le musée d’Orsay propose les variations d’après le Déjeuner sur l’herbe de Manet.

Un génie à bonne école. Pablo Picasso (1881-1973) se forme très tôt aux règles de la grande tradition auprès de son père, José Ruiz-Blasco, professeur à l’Ecole des Beaux Arts et directeur du musée de Málaga, comme durant son cursus à l’Ecole des Beaux-Arts de la Corùna, à la Lonja (Barcelone), puis à l’Académie San Fernando (Madrid).
Dessins d’après l’Antique, statuaire et architectonique, copies de toiles des grands maîtres espagnols, étude de l’histoire de l’art européen ont formé le quotidien de son apprentissage.

Grand Palais. Picasso et les maîtres

Louvre. Picasso/Delacroix : Femmes d’Alger

Orsay. Picasso/Manet : le déjeuner sur l’herbe

> le communiqué trois expositions, un billet groupé

[ Cette exposition est organisée par la Réunion des Musées Nationaux, le musée national Picasso, le musée du Louvre et le musée d’Orsay. Elle est placée sous le haut patronage de Monsieur Nicolas Sarkozy, Président de la République française. Elle est réalisée grâce au soutien de LVMH / Moët Hennessy Louis Vuitton.]