Avant-propos Préface Les auteurs  
SOMMAIRE
Autres anniversaires Union européenne régions Orientation bibliographiques Index alphabétique repères chronologiques

Célébrations nationales 2005
Sciences et techniques

Savorgnan de Brazza (Pierre de Brazza-Savorgnan dit)
Castelgandolfo, 22 janvier 1852 - Dakar, 14 septembre 1905

> programme des manifestations

Pierre Savorgnan de Brazza, en buste et de profil
Pierre Savorgnan de Brazza, en buste et de profil
photographie de l’atelier Nadar - s.d.
plaque de verre
Paris, médiathèque de l’architecture et du patrimoine,
archive photographiques

 

 

Plus connu sous le nom de Savorgnan de Brazza, Pierre de Brazza-Savorgnan reste une des plus hautes figures de la geste coloniale française. Issu de l’aristocratie romaine, il ressentit très tôt l’appel de la mer en même temps que l’attrait de la France. Fort de l’appui de l’amiral de Montaignac, ami de son père, il entra à l’École Navale à titre étranger en 1868, et obtint ensuite d’être embarqué sur les vaisseaux de l’État. En 1874, il se fit naturaliser et Montaignac parvint à le faire nommer enseigne auxiliaire, mais Brazza, médiocrement noté, en butte aux réticences d’un milieu corporatiste, voire xénophobe, décida de se consacrer à l’exploration du bassin du Congo.(Il avait longé le littoral gabonais à bord de la Vénus).
Au cours d’une première mission (1875-1879), il remonta l’Ogooué, constata que ce fleuve n’était pas un émissaire du Congo, puis reconnut le cours supérieur de l’Alima, affluent du Congo, mais dut battre en retraite devant l’hostilité d’une tribu courtière jalouse de son monopole. À son second voyage, il atteignit enfin le Congo et le 10 septembre 1880, au village d’Itiéré (Mbé), il passa avec le chef des Bateké Tio, le Makoko-Ilôo (et non le roi Makoko car il s’agit d’un titre et non d’un nom propre), un traité prévoyant l’établissement d’un protectorat et la cession d’un territoire. (Les notions de protectorat et de souveraineté étaient d’ailleurs dénuées de sens pour ce potentat africain).

Le traité Makoko n’en fut pas moins ratifié le 18 septembre 1882 par la Chambre, unanime à saluer la renaissance coloniale du pays. La popularité de Brazza fut immense. Il avait en effet coupé court aux visées rivales de Stanley, agent du Comité d’études du Haut-Congo, patronné par le roi des Belges Léopold II. Arrivant devant N’Couna, (Brazzaville) en juillet 1881, Stanley, nanti de gros moyens, vit flotter le pavillon français à la garde du sergent Malamine : il avait été devancé par le « va nu pieds » qu’il avait une fois rencontré à Vivi et en qui il n’avait vu qu’un vagabond romantique et exalté. C’est ainsi que la rive droite du Congo devint française. Brazza avait affranchi des esclaves et fondé deux stations hospitalières et scientifiques, Franceville sur le Haut-Ogooué et Brazzaville, futur chef-lieu de la nouvelle colonie.


Commissaire du gouvernement dans l’Ouest africain de 1883 à 1885 (troisième mission) puis Commissaire général au Congo de 1886 à 1897, il jeta les bases de la future Afrique Équatoriale Française avec l’aide de ses lieutenants, Ballay1, Crampel, Gentil, Liotard. Rappelé à la suite de sordides cabales, il ne revint au Congo qu’en 1905 à la tête d’une mission d’enquête. Il dénonça les brutalités de certains fonctionnaires et surtout les méfaits des compagnies concessionnaires qui mettaient la contrée en coupe réglée et asservissaient les populations, si bien que sa mort, survenue sur la route du retour, a pu être imputée à un empoisonnement criminel. Le gouvernement lui fit des obsèques nationales, mais son rapport fut discrètement enseveli. Ce héros naïf et désintéressé n’a pas usurpé l’estime de ses contemporains. Nul n’a sans doute mieux que lui illustré les thèmes, récurrents dans le discours colonial, de la conquête pacifique et de la mission civilisatrice

.Jean Martin
professeur à l’université de Lille III
membre de l’École doctorale de Paris-Sorbonne (Paris IV)

1. -La personnalité de Noël Ballay (1847-1902) a été évoquée dans la brochure des Célébrations nationales 2002 (p. 125-126)

Direction des Archives de France
Délégation aux Célébrations nationales
56, rue des Francs-Bourgeois - 75003 Paris
Renseignements : 01 40 27 62 01