Avant-propos Préface Les auteurs  
SOMMAIRE
Autres anniversaires Union européenne régions Orientation bibliographiques Index alphabétique repères chronologiques

Célébrations nationales 2005
Sciences et techniques

Louis Breguet
Paris, 2 janvier 1880 - Saint-Germain-en-Laye, 4 mai 1955

> programme des manifestations

Louis-Charles Breguet
Louis-Charles Breguet
photographie non datée
Le Bourget, musée de l’air et de l’espace
© AKG – images

 

Louis Breguet est le fils d’Antoine Breguet et le petit-fils de Louis Breguet, membre de l’Institut et du Bureau des longitudes. Bachelier ès sciences, il est reçu major à l’École supérieure d’électricité de Paris. Sportif passionné et pratiquant, il est attiré par de nombreuses disciplines puis par la conquête de l’air.

La renommée des frères Wright le décide à passer de l’étude à la pratique. Il construit, avec le concours du professeur Richet une machine dénommée
« Gyroplane », composée de quatre manèges d’ailes planantes animées de -mouvements circulaires. Retenu par un câble, cet engin, muni d’un moteur Antoinette de 45 chevaux, enlève, le 27 août 1907, 13,5 kg par cheval. Durant l’hiver 1907-1908, il réalise un second appareil.
Ces essais sont interrompus en faveur d’autres études sur des aéroplanes à ailes tractives, souples et repliables qui deviennent le point de départ d’une série d’avions de plus en plus perfectionnés qui vont faire la renommée de l’usine Breguet. Cette dernière, victime de son succès, déménage à Douai en août 1914.

C’est sur un modèle d’étude doté d’un moteur de 50 chevaux Renault que Louis Breguet obtient son brevet de pilote aviateur (n° 52) délivré par l’Aéro-club de France. Il vole en 1909 au meeting de Douai et réalise des performances en vol. Le 10 avril 1910, il effectue le parcours aérien de Douai à Arras, puis participe aux manœuvres militaires de Picardie. Cette même année, il devient détenteur du record du monde de vitesse en avion sur un parcours de 100 kilomètres, avec passagers.
En 1911, l’aviateur réalise le premier transport massif de passagers avec douze personnes emportées sur un même aéroplane, muni d’un moteur de 90 chevaux seulement. Breguet enchaîne les manifestations aériennes. Il remporte le concours militaire de Reims en novembre 1910 dans la catégorie biplan et ses machines gagnent le grand prix de Monaco en 1913.


Lors de la déclaration de guerre de 1914, Louis Breguet, en qualité de sergent aviateur, participe à la défense du camp retranché de Paris. Il effectue de nombreuses patrouilles au-dessus des lignes allemandes, qui lui permettent de vérifier la réorientation des troupes allemandes vers le sud. Louis Breguet, chevalier de la Légion d’honneur depuis 1910, reçoit la croix de guerre. Il se consacre ensuite à sa société de production d’aéroplanes pour les armées alliées, dont le modèle le plus célèbre, le Breguet XIV, est produit à plus de 8 000 exemplaires. Après l’armistice de 1918, Louis Breguet poursuit ses activités industrielles, avec des appareils militaires et des recherches de records sur de nouveaux modèles. Les succès les plus importants de ses avions seront ceux des Breguet XIX de raid, qui feront le premier tour du monde en 1924 ou le premier Paris-New York en 1930.
En 1952, Louis Breguet est élevé à la dignité de grand officier de la Légion d’honneur en reconnaissance de son action pour l’aviation française. Il décède à Saint-Germain-en-Laye peu après.

Philippe Gras
musée de l’air et de l’espace
service des collections

Direction des Archives de France
Délégation aux Célébrations nationales
56, rue des Francs-Bourgeois - 75003 Paris
Renseignements : 01 40 27 62 01