Avant-propos Préface Les auteurs communiqué
    SOMMAIRE  
Autres anniversaires Union européenne régions Orientation bibliographiques Index alphabétique repères chronologiques

Célébrations nationales 2004
Sciences et techniques
Marcelin Berthelot effectue la synthèse de l’alcool
1854

Une découverte scientifique est le maillon d’une évolution basée sur des découvertes antérieures, à l’inverse d’une œuvre littéraire ou artistique dont l’inspiration est propre à son auteur.
Lavoisier est reconnu comme le créateur de la chimie moderne. Pourtant, s’il a étudié l’analyse, il a ignoré la synthèse qui est l’opération inverse : au lieu d’analyser un corps en le décomposant, la synthèse recrée un corps à l’aide de ses composants élémentaires.
La synthèse est le second volet de la chimie : elle est devenue familière en partie grâce aux travaux d’un jeune et déjà brillant chimiste, Marcelin Berthelot qui, en janvier 1851, est nommé à 24 ans préparateur du cours de chimie d’Antoine Balard au Collège de France.

Berthelot comprit très vite l’intérêt de la chimie du carbone. À cette époque, on pensait qu’un composé organique ne pouvait être créé qu’en présence des êtres vivants, en quelque sorte par leur action : on appelait cela, sans pouvoir mieux le définir, la force vitale. Les travaux de Berthelot, avec pour point de départ la préparation synthétique des carbures d’hydrogène, vont ruiner cette théorie et engager la synthèse dans une voie d’avenir : celle de l’alcool méthylique, en 1854 – voilà seulement 150 ans – joua un rôle fondamental puisque initial.

Cette synthèse montrait aussi l’étroite association de la chimie minérale et de la chimie organique, c’est-à-dire l’unité de la chimie. Sa découverte conduisit Berthelot vers une longue suite d’autres synthèses, toutes exécutées dans les laboratoires du Collège de France.
Devenu quelques années plus tard professeur de chimie organique au Collège de France, il réalisa la synthèse de l’acétylène en associant le carbone et l’hydrogène sous la puissance de l’arc électrique – l’électricité était utilisée pour la première fois en chimie – dans un appareil surnommé œuf de Berthelot. Cette grande métamorphose de la matière en laboratoire, cette « synthèse totale », ouvrit alors la voie à d’immenses perspectives : depuis la création d’engrais, de colorants, d’explosifs, de matières plastiques jusqu’à la fabrication d’aliments, de médicaments et de produits pharmaceutiques… Bien d’autres synthèses -suivront, faisant apparaître des séries de corps nouveaux, ignorés même dans la nature.

Les découvertes de synthèses de Berthelot ont été exploitées par l’industrie, toujours poursuivies et développées afin de mieux répondre aux besoins sans cesse plus exigeants des hommes.

Daniel Langlois-Berthelot


© Roger Viollet

Direction des Archives de France
Délégation aux Célébrations nationales
56, rue des Francs-Bourgeois - 75003 Paris
Renseignements : 01 40 27 62 01