Célébrations nationales 2002

~ Sciences et techniques ~

Georges Cuvier est nommé professeur au Muséum
24 vendémiaire au XI (16 octobre 1802)

> manifestations


Portrait de Cuvier huile sur toile par Van Bree, 1798
Portrait de Cuvier huile sur toile par Van Bree, 1798
© Muséum national d'histoire naturelle, bibliothèque centrale

Le 24 vendémiaire de l'an XI, Georges Cuvier (1769-1832) était nommé à la chaire d'anatomie comparée du Muséum national d'histoire naturelle de Paris. La date est à souligner, à la fois pour le jeune anatomiste, et pour l'institution qu'il contribua à rendre célèbre dans le monde. Et pourtant, la célébration appelle à une réflexion sur les premières étapes de la carrière de Cuvier.
La conquête d'une position qu'il méritait sans doute plus que tout autre anatomiste de l'époque fut en effet difficile.
Cuvier avait postulé à une position au Muséum dès son arrivée à Paris, au début de 1795.
Il s'agissait du poste plutôt subalterne de dessinateur, pour lequel Lamarck, chargé du rapport sur les candidatures à l'assemblée des professeurs, le jugea trop qualifié.
Quelques mois plus tard, en octobre 1795, Mertrud, l'âgé et indolent professeur d'anatomie humaine, le nomma son aide : après avoir obtenu de lui la promesse de verser deux tiers de son salaire à l'un de ses enfants, si on en croit de Blainville, qui a narré l'épisode en soulignant que la pratique n'était pas exceptionnelle…

La chaire vint donc après sept longues années difficiles, marquées par un travail inlassable, et une frénétique activité de sociabilité savante. Auteur prolifique et novateur, Cuvier avait suscité la jalousie de plusieurs collègues naturalistes, tandis que sa campagne pour introduire rigueur et précision dans les sciences naturelles lui valut l'appui des mathématiciens, des physiciens et des disciples de Lavoisier.
Grâce à eux, il entama une carrière qui l'amena en décembre 1795 à l'Institut, puis à l'École centrale du Panthéon, et en 1800 au Collège de France. En 1802, la chaire du Muséum marqua donc la reconnaissance de ses pairs pour un naturaliste qui était en train de changer les pratiques intellectuelles et institutionnelles de l'histoire naturelle française et européenne.


Pietro Corsi
professeur à l'université de Paris I,
à l'École des hautes études en sciences sociales,
au Centre de recherche en histoire des sciences et des techniques


- Sommaire
-
Autres anniversaires signalés
- Anniversaires dans l'Union européenne
- Célébrations dans les régions
- Orientations bibliographiques et références
- Première liste d'anniversaires pour 2003
- Index alphabétique des sujets traités
- Quelques repères chronologiques



- Célébrations nationales 1999 -
- Célébrations nationales 2000 -
- Célébrations nationales 2001-
- Haut de la page -