célébrations Nationales 2000

Robert Bresson

Bromont-Lamothe (Puy-de-Dôme)
1901 - Droue-sur-Drouette (Eure-et-Loir), 1999

Robert Bresson tourne " Lancelot du Lac" 1973, photo JH Lartigue
Robert Bresson tourne " Lancelot du Lac" 1973
photo JH Lartigue © ministère de la Culture-France/AAJHL


"Cinématographe : façon neuve d'écrire, donc de sentir ". En " écrivant " ses films contre vents et marées, Robert Bresson a porté à leur maximum d'intensité les moyens propres au cinéma. Pour ce faire, il a séparé le septième art de tous les autres, de la peinture, de la photographie, de la musique, du théâtre. Pas d'acteurs, pas d'études de rôles, mais des " modèles " et une quête de leur " substance ".

" Cinématographe, art, avec des images, de ne rien représenter ". Cette remarque nous plonge au cœur du mystère bressonnien. S'il fuit la représentation, c'est que toute idée de spectacle nie ce qu'il cherche : filmer l'énigme, ce que nous ignorons de nous-mêmes, l'appartenance à ce qui nous dépasse.

En treize films et en quarante ans, des
Anges du péché (1943) à l'Argent (1983), Bresson n'aura en fin de compte tourné qu'un seul sujet : le dépassement de soi. Que son héros soit un âne, un curé, un chevalier ou un enfant, qu'il aime ou qu'il tue, qu'il subisse la pression de Dieu ou des hommes, qu'il échappe ou bien coure à la mort, c'est toujours, toujours jusqu'au bout et au-delà qu'il ira. Dans le Bien comme dans le Mal qui vivent sur le même pied.

Avec ses images en mouvement et ses sons, Bresson filme l'inconnu qui est devant nous. Sa passion de l'âme, disons l'esprit pour les effarouchés, n'a d'égale que sa passion du caractère. Ses héros sont embarqués, au sens pascalien, entre le pari et la Providence. Ils ont la beauté de l'insoumission. D'où la tension et l'enjeu de la " prise de vue " : comment filmer ce qui dépasse ? Comment communiquer ce qui relève de l'esprit par ce qui relève de la perception ? En ne filmant que ce dont il a absolument besoin.

C'est pourquoi dans ses foules il y a peu de monde, dans ses forêts moins d'arbres, sur ses routes moins de voitures, dans ses chambres moins d'objets qu'au cinéma tout court. Sur ses visages pas de maquillage, dans ses voix pas de modulations, moins de bruit qu'au cinéma tout court, plus de silence, moins de musique, plus de son. Et c'est ainsi que mettant toute chose à nu, du corps de la reine à l'âme du condamné, il nous fait passer de l'autre côté des apparences, au cœur même de la partie qui se joue entre Dieu et le Diable probablement.

Florence Delay
écrivain
maître de conférences à l'université de Paris III


- Autres anniversaires signalés
- Anniversaires dans l'Union européenne
- Célébrations dans les régions
- Orientations bibliographiques et références
- Première liste d'anniversaires pour 2002
- Index alphabétique des sujets traités
- Quelques repères chronologiques

Renseignements : 01 40 27 62 01 - Haut de la page
- Célébrations nationales 1999 - Célébrations nationales 2000 -