célébrations Nationales 2000

Vincenzo Bellini

Catane, 3 novembre 1801 - Puteaux, 23 septembre 1835

Cliché, Bibliothèque nationale de France
Cliché, Bibliothèque nationale de France


La naissance de Vincenzo Bellini pourrait passer d'autant plus inaperçue qu'il est difficile de la dater avec une précision absolue. Cette date, et l'anniversaire qu'on va célébrer, nous oriente vers le Bellini de Sicile plus que vers celui de Paris, vers l'enfant pauvre de Catane plus que vers le compositeur des Puritains, adulé des spectateurs du Théâtre italien.

Le maître de Catane se distingue du maître de Bergame, Donizetti, par une finesse plus grande de la ligne vocale, par une unité de l'œuvre que ne viendront pas gâter des contrastes trop accusés. Enfin, il est incapable de cette veine comique qui a été parfois celle de Donizetti. Son domaine est la tragédie. Même La Somnambule n'est pas une œuvre légère. Dans ses opéras, l'accent est mis sur la femme, sur l'héroïne principale, et c'est à partir d'elle que tout se déploie, le drame et la musique. Norma rejoint alors Béatrice de Tende, le rôle d'Adalgise ne pâlit pas à côté de celui de la prêtresse. Ces deux rôles sont inséparables, comme dans un jeu de doubles, et leurs duos sont des sommets.

Venu de Catane à Naples pour y faire ses études musicales, Bellini aurait pu rester un artiste local. Sa carrière de compositeur, au contraire, fut éblouissante. Au théâtre San Carlo, Bianca et Fernando lui a valu, en 1826, un succès d'estime et cette sympathie qu'attire un jeune homme de 25 ans. Mais à la Scala de Milan, le 27 octobre 1827, Le Pirate, inspiré du roman noir, est un triomphe. Les fiascos ou demi-fiascos ont été rares dans son cas : Zaïre, en 1829 à Parme, Béatrice de Tende à Venise en 1833 n'obtiennent pas le succès que ces œuvres méritent. Plus étonnant, Norma est d'abord passablement accueillie à Milan en 1831. Mais La Somnambule, la même année, dans la même ville, est un succès éclatant. Il faut que Bellini sorte d'Italie, qu'il fasse son tour d'Europe. Voici le jeune maître à Londres, à Paris. Il bénéficie du prestige d'interprètes d'exception, Giuditta Pasta, Giulia Grisi, Maria Malibran.

Bellini est le maître du bel canto. Sans doute les procédés d'écriture, l'accompagnement orchestral paraissent sommaires. C'est que son génie est essentiellement mélodique et vocal. Élève de Crescentini, le grand castrat, et du maître Zingarelli, il connaissait admirablement les ressources de la voix, les effets, mais aussi les limites de l'ornementation, et son chant jaillit comme l'essence même d'une émotion suscitée par le drame. Ses dix opéras, étonnamment homogènes, paraissent se ressembler, mais la qualité des sujets et des livrets n'est pas toujours la même. Jusqu'à Béatrice de Tende qui les brouilla, la collaboration de Bellini et de son librettiste, Felice Romani, a été heureuse et Norma, tirée de la tragédie néo-classique d'Alexandre Soumet, - un attardé au temps de Stendhal et d'Hugo - pouvait devenir le plus beau peut-être des opéras romantiques. Les sommets sont atteints quand la mélodie bellinienne se déploie dans un temps quasi suspendu. Ainsi dans la cavatine de Norma, " Casta luna ", incantation à la Lune de sa prêtresse qui n'est pas restée chaste et qui possède pourtant une pureté d'une autre sorte, ou les airs de la folie d'Elvira dans Les Puritains. Maître du chant uni, du " spianato ", Bellini a été admiré aussi bien de Chopin que de Wagner. Nul doute que 2001 sera une occasion de nouvelle de le connaître mieux et de l'aimer davantage. Inutile pour cela de mettre Norma sur un trapèze et les Puritains dans une salle de sports. Bellini s'impose sans artifice, avec les vertus de l'évidence.

 

Pierre Brunel
professeur à la Sorbonne
membre de l'Institut universitaire de France

Programme des manifestations


Ile-de-France
Paris
Calendrier prévisionnel : - Université de Paris IV-Sorbonne : colloque prévu sur le maître de Catane
Italie
Diverses manifestations prévues. Pour plus de précisions, contacter l'Institut culturel italien, 50, rue de Varenne - 75005 Paris - tél. : 01 44 39 49 39

Châtenay-Malabry - La Vallée-aux-Loups (92)
- 4 décembre 2001 à 21 heures Dans le cadre des Heures romantiques de la Vallée-aux-Loups, demeure de Chateaubriand, création d'une œuvre lyrique de Bellini, compositeur que l'écrivain appréciait particulièrement, Lettres de l'ouvreuse à sa sœur.
Réservations auprès de : - La Maison de Chateaubriand, 87, rue Chateaubriand - 92290 Châtenay-Malabry
tél. : 01.47.02.58.61
- Par courrier électronique :
Chateaubriand@cg92.fr

 


- Retour au sommaire-
- Autres anniversaires signalés -
- Anniversaires dans l'Union européenne -
- Célébrations dans les régions -
- Orientations bibliographiques et références -
- Première liste d'anniversaires pour 2002 -
- Index alphabétique des sujets traités -
- Quelques repères chronologiques -


Renseignements : 01 40 27 62 01 - Haut de la page
- Célébrations nationales 1999 - Célébrations nationales 2000 -