Célébrations nationales 20002000

Mort d'Oscar Wilde
Dublin, 16 octobre 1854
Paris, 30 novembre 1900


Wilde par Roger Fry (1866-1934) et Philip Elliot (XIXe s.)
© Archives Larousse - Giraudon

Ce qui reste de la dramatique aventure d'Oscar Wilde, de ses procès pour homosexualité, de sa triste fin rue des Beaux-Arts à Paris, est pour nous sans prix. Fils d'un éminent médecin et d'une poétesse courageuse et extravagante, tous deux irlandais, Oscar Wilde s'est forgé dès sa jeunesse une culture prodigieuse en même temps qu'un humour décapant grâce auquel il peut prendre ses distances avec un destin cruel. Cet humour, ainsi qu'un sens très juste du vocabulaire, se font jour dans les répliques de ses pièces de théâtre comme dans ses aphorismes toujours plus profonds qu'il n'y paraît : "Ce n'est pas notre propre vie que nous vivons mais la vie des morts", ou encore, dans ses remarquables essais d'Intentions : "L'homme est moins lui-même quand il parle pour son propre compte. Donnez-lui un masque et il vous dira la vérité."

Son talent de conteur n'est pas moins brillant qui lui fait écrire des Nouvelles Fantastiques avec une prescience presque magique, car il y invente ce qui va se produire avant même que la vie n'en ait décidé. Ainsi écrira-t-il son célèbre Portrait de Dorian Gray avant d'avoir rencontré le mauvais génie (Lord Alfred Douglas) qui devait signer sa perte à partir de la sombre année 1891. Son goût pour les arts et la mode, le travestissement et les coups d'éclat, son narcissisme douloureux, son équivalence entre la femme et la mort (comme dans sa pièce écrite en français, Salomé, créée par Sarah Bernhardt en 1896), la lucide importance qu'il accorde à l'hérédité, les ambiguïtés d'un dandy vulnérable, font de lui un de nos derniers romantiques. Rien d'étonnant à ce que À Rebours d'Huysmans ait été son livre de chevet. Mais ce qui continue surtout de nous émouvoir est son très beau texte écrit en prison : De Profundis - une longue lettre à Lord Douglas - où s'expriment de façon magistrale les ambivalences de la passion. Sa voix nous reste plus que jamais présente - loin de sa réputation sulfureuse et superficielle - dans sa dénonciation courageuse du régime pénitentiaire abject qui sévissait dans l'Angleterre victorienne et dans sa lutte pour une conception plus libre, plus généreuse des relations humaines.

Diane de Margerie
écrivain

programme des manifestations

Île-de-France - Paris
23 novembre 1999-8 janvier 2000
"Outrage aux mœurs. Les trois procès d'Oscar Wilde", de Moïsès Kaufman, au Théâtre 14 Jean-Marie Serreau. Mise en scène, Thierry Harcourt. Rens. : Théâtre 14 Jean-Marie Serreau, 20, avenue Marc Sangnier - 75014 Paris - tél. : 01 45 45 49 77

Royaume-Uni - Londres
5 octobre-10 décembre
"Les années Wilde". Exposition à la Barbican Art Gallery.

- Retour à la liste-
- Autres anniversaires signalés -
- Anniversaires dans l'Union européenne -
- Célébrations dans les régions -
- Orientations bibliographiques et références -
- Première liste d'anniversaires pour 2001 -
- Index alphabétique des sujets traités -
- Quelques repères chronologiques -

Renseignements : 01 40 27 62 01

Haut de la page