AQUATINTE (de l'italien, acqua tinta)

La pêche d'un flétan
d'après Ambroise-Louis GARNERAY
(1783 - 1857)
Gravure de JAZET


Procédé indirect de gravure, l'aquatinte permet de surprenants facs-similés d'aquarelles car elle se prête très bien à l'impression en couleurs.
Le graveur répand sur la planche de cuivre une poudre de résine qu'il fixe en la chauffant légèrement. En mordant le métal, l'acide le creuse autour de chaque grain de résine, produisant ainsi des trous minuscules, qui, en retenant l'encre, donnent l'apparence de lavis, c'est-à-dire de couleur étendue d'eau.


MANIERE NOIRE (ou mezzotint)

Ce procédé indirect de gravure inventé au XVIIe siècle par les Hollandais connaît son heure de gloire au XVIIIe siècle grâce aux Anglais. Le graveur graine finement toute la surface de la plaque à l'aide d'un "berceau", instrument garni d'aspérités très serrées : le grain encré donne un noir absolu, les blancs et les gris étant obtenus en ôtant plus ou moins le grain au brunissoir ou au grattoir.
La Maison Goupil a édité peu d'estampes selon cette technique longue et coûteuse.