LITHOGRAPHIE (du grec lithos, pierre et graphein, écrire)


Le Lithographe ou Le Bon Graveur (Adolphe Albert)
Henri de TOULOUSE-LAUTREC
Lithographie originale - 1898,
34,4 x 24,5 cm.


Inventé en 1796 par le Munichois Senefelder, ce procédé de transfert d'un dessin offre aux artistes, dont Henri de Toulouse-Lautrec, la possibilité de s'exprimer par l'estampe sans trop de contrainte. Après 1850, les lithographies sont extrêmement populaires. L'artiste dessine à l'aide d'un crayon gras fixé avec une solution acide sur une pierre calcaire au grain serré.
Le lendemain, la pierre est lavée à l'essence, humectée d'eau et encrée au rouleau d'une encre grasse qui ne se fixe que sur l'empreinte du crayon. L'impression se fait ensuite à l'aide d'une presse lithographique.

Chevaux de selle et d'attelage :
Le pansage (No.8)
Alfred de DREUX
(1810 - 1860) Pierre Lithographique
45,5 x 56,5 cm.


Chevaux de selle et
d'attelage :
Le pansage (No.8)
Alfred de DREUX
(1810 - 1860)
Lithographie de Charles BARGUE
45,5 x 56,5 cm.


Les chromolithographies nécessitent l'usage de plusieurs pierres. La lithographie aux deux crayons, souvent imprimée dans une teinte beige, exige l'emploi de deux pierres, la première étant traitée en aplat, avec des réserves dégradées qui restent blanches sur la feuille et donnent une imitation de dessins sur papier de couleur, la seconde portant le tracé du noir, du dessin proprement dit. La Maison Goupil l'utilise essentiellement pour les modèles des Cours de Dessin.


SELECTION DE LITHOGRAPHIES