IMPRESSION


Presse pour taille douce


Le papier doit être préalablement préparé : on le trempe dans l'eau, on l'égoutte et on le brosse du côté à imprimer pour le rendre pelucheux et plus "amoureux" de l'encre. La plaque de cuivre chauffée est encrée puis essuyée avec des mousselines de dégrossissage de plus en plus fines et un "chiffon à beurre". L'excédent d'encre est enlevé avec la paume de la main enduite de blanc d'Espagne. On pratique ensuite le tirage de l'estampe : la feuille de papier à imprimer, posée sur la planche gravée, est recouverte d'une couche de feutre épais et souple (les "langes") que l'on compresse entre deux cylindres. La pression étant très élevée, le papier est écrasé par la plaque qui laisse une marque appelée "cuvette". Les épreuves encore humides sont enfin protégées avec une feuille de papier de soie, la "serpente", et mises à sécher en piles entre des cartons épais.